Cette proposition a été refusée "par la majorité de la commune d'Uccle" au recours de laquelle le tribunal civil avait donné une suite favorable, a précisé d'emblée le cabinet.

Dans son ordonnance, le tribunal avait décidé d'écarter "l'application de l'ordonnance temporaire de police [...] adoptée par la Ville de Bruxelles [...] en ce qu'elle prévoit de fermer à la circulation la boucle dit 'sud' du Bois de la Cambre".

Le tribunal a également déclaré condamner "la Ville de Bruxelles [...] à prendre toutes les mesures qu'elle estimera appropriées pour mettre un terme à la situation d'illégalité apparente relative à la fermeture à la circulation de la boucle dit 'sud' du Bois de la Cambre [...] dans un délai maximal de trente jours calendrier à dater de la signification de la présente ordonnance, ceci sous peine d'une astreinte de 2.500 euros par jour de retard, avec un maximum de 100.000 euros [...]".

Vendredi, une réunion de concertation sur le dossier du Bois de la Cambre - la septième, selon la Ville de Bruxelles, a été organisée. Au centre des débats, l'ordonnance de référé rendue dans le cadre de l'action introduite par la commune d'Uccle et la suite à y donner. Autour de la table: outre la Ville de Bruxelles, et la Région bruxelloise, les communes d'Ixelles, de Watermael-Boisfort, d'Uccle et de Rhode-Saint-Genèse.

"Malheureusement, la proposition défendue par la Ville, Ixelles et Watermael-Boitsfort de rouvrir un accès dans le Bois par la chaussée de la Hulpe, depuis la drève de Lorraine via une ouverture à double sens de la circulation automobile par l'avenue de Boitsfort ainsi que l'avenue du Brésil n'a pas été acceptée par la majorité communale uccloise", a affirmé le cabinet du bourgmestre de la Ville de Bruxelles, à l'issue de la réunion.

Selon celui-ci, "la Ville n'a pas d'autre choix que d'adopter une ordonnance afin de remettre les aménagements en état pour revenir à la situation antérieure au 19 mars 2020. La Ville interjettera appel de l'ordonnance de référé et travaillera dès lors avec la Région et les communes qui le désirent à la mise en place d'un plan qui réaffectera le Bois à sa fonction originelle d'espace vert", a-t-il ajouté.

Cette proposition a été refusée "par la majorité de la commune d'Uccle" au recours de laquelle le tribunal civil avait donné une suite favorable, a précisé d'emblée le cabinet. Dans son ordonnance, le tribunal avait décidé d'écarter "l'application de l'ordonnance temporaire de police [...] adoptée par la Ville de Bruxelles [...] en ce qu'elle prévoit de fermer à la circulation la boucle dit 'sud' du Bois de la Cambre". Le tribunal a également déclaré condamner "la Ville de Bruxelles [...] à prendre toutes les mesures qu'elle estimera appropriées pour mettre un terme à la situation d'illégalité apparente relative à la fermeture à la circulation de la boucle dit 'sud' du Bois de la Cambre [...] dans un délai maximal de trente jours calendrier à dater de la signification de la présente ordonnance, ceci sous peine d'une astreinte de 2.500 euros par jour de retard, avec un maximum de 100.000 euros [...]". Vendredi, une réunion de concertation sur le dossier du Bois de la Cambre - la septième, selon la Ville de Bruxelles, a été organisée. Au centre des débats, l'ordonnance de référé rendue dans le cadre de l'action introduite par la commune d'Uccle et la suite à y donner. Autour de la table: outre la Ville de Bruxelles, et la Région bruxelloise, les communes d'Ixelles, de Watermael-Boisfort, d'Uccle et de Rhode-Saint-Genèse. "Malheureusement, la proposition défendue par la Ville, Ixelles et Watermael-Boitsfort de rouvrir un accès dans le Bois par la chaussée de la Hulpe, depuis la drève de Lorraine via une ouverture à double sens de la circulation automobile par l'avenue de Boitsfort ainsi que l'avenue du Brésil n'a pas été acceptée par la majorité communale uccloise", a affirmé le cabinet du bourgmestre de la Ville de Bruxelles, à l'issue de la réunion. Selon celui-ci, "la Ville n'a pas d'autre choix que d'adopter une ordonnance afin de remettre les aménagements en état pour revenir à la situation antérieure au 19 mars 2020. La Ville interjettera appel de l'ordonnance de référé et travaillera dès lors avec la Région et les communes qui le désirent à la mise en place d'un plan qui réaffectera le Bois à sa fonction originelle d'espace vert", a-t-il ajouté.