Les enquêteurs de la VRT ont comparé les résultats des élections pour la Chambre aux données telles que le revenu moyen, le nombre d'habitants et la présence de personnes issues de l'immigration. Ils ont répété l'exercice pour toutes les communes de Flandre.

Un courant de droite bien présent

Pour la VRT, les élections confirment le courant de droite bien présent en Flandre depuis de nombreuses années. En témoignent les résultats additionnés de la N-VA et du Vlaams Belang. Et si le Vlaams Belang a remporté les élections, ce n'est pas (exclusivement) aux dépens de la N-VA.

Dans 80 communes, la N-VA et le Vlaams Belang réunis engrangent la moitié des voix, et dans 141 d'entre elles, ils atteignent plus de 40% des votes. Il n'y a que six communes où le bloc de droite ne dépasse pas les 30%.

Toujours selon la VRT, les 20 communes les plus à droite se trouvent autour d'Anvers. À Schilde et Brecht, le VB et la N-VA réunis recueillent plus de 64% des suffrages. Les chiffres montrent également une nette augmentation du vote à droite par rapport à 2014. Dans ces communes, le parti de Bart De Wever reste le plus grand parti, et les profits du Vlaams Belang se multiplient par deux.

Les graphiques de la VRT révèlent également que ce sont les communes les plus défavorisées qui votent Vlaams Belang. Pour la N-VA, on observe l'effet inverse : plus une commune est "aisée", plus elle vote N-VA. Cette constatation pourrait indiquer qu'une partie des électeurs de la N-VA s'est tourné vers le Vlaams Belang par mécontentement envers la politique socio-économique des gouvernements flamand et fédéral.

Les enquêteurs de la VRT ont comparé les résultats des élections pour la Chambre aux données telles que le revenu moyen, le nombre d'habitants et la présence de personnes issues de l'immigration. Ils ont répété l'exercice pour toutes les communes de Flandre. Un courant de droite bien présent Pour la VRT, les élections confirment le courant de droite bien présent en Flandre depuis de nombreuses années. En témoignent les résultats additionnés de la N-VA et du Vlaams Belang. Et si le Vlaams Belang a remporté les élections, ce n'est pas (exclusivement) aux dépens de la N-VA.Dans 80 communes, la N-VA et le Vlaams Belang réunis engrangent la moitié des voix, et dans 141 d'entre elles, ils atteignent plus de 40% des votes. Il n'y a que six communes où le bloc de droite ne dépasse pas les 30%.Toujours selon la VRT, les 20 communes les plus à droite se trouvent autour d'Anvers. À Schilde et Brecht, le VB et la N-VA réunis recueillent plus de 64% des suffrages. Les chiffres montrent également une nette augmentation du vote à droite par rapport à 2014. Dans ces communes, le parti de Bart De Wever reste le plus grand parti, et les profits du Vlaams Belang se multiplient par deux. Les graphiques de la VRT révèlent également que ce sont les communes les plus défavorisées qui votent Vlaams Belang. Pour la N-VA, on observe l'effet inverse : plus une commune est "aisée", plus elle vote N-VA. Cette constatation pourrait indiquer qu'une partie des électeurs de la N-VA s'est tourné vers le Vlaams Belang par mécontentement envers la politique socio-économique des gouvernements flamand et fédéral.