L'épidémie progresse sur tout le territoire mais de manière différente d'une région à l'autre. Des mesures supplémentaires sont donc prises à Bruxelles ou dans plusieurs provinces wallonnes, voire dans certaines localités. Des députés s'inquiètent de la lisibilité d'un tel dispositif pour le citoyen.

La stratégie nationale repose sur un socle commun de règles à respecter dans tout le pays mais qui peuvent être complétées.

"Des mesures complémentaires sur le plan local ou sectoriel, c'est bienvenu, même si c'est compliqué pour le citoyen", a reconnu M. Vandenbroucke.

L'élaboration d'un "baromètre" permettrait d'y voir plus clair. Mais l'instrument doit être au point, a averti le ministre: "Il faut être sûr que ce baromètre peut être accroché au mur et y rester".

Le baromètre est prêt, selon la Cellule d'évaluation fédérale (Celeval) qui regroupe les experts conseillant le gouvernement. Les experts ont encore tenu lundi une réunion de 4 heures sur le sujet. "C'est maintenant au politique de poursuivre avec ces recommandations. On a fait référence le plus possible aux protocoles existants", a expliqué le président de la Celeval, Tom Auwers.

Le commissaire du gouvernement Pedro Facon finalise l'instrument qui sera la base sur laquelle s'appuieront les mesures prises à l'avenir. "Normalement, il sera proposé vendredi au comité de concertation", a confirmé le porte-parole du Premier ministre.

L'épidémie progresse sur tout le territoire mais de manière différente d'une région à l'autre. Des mesures supplémentaires sont donc prises à Bruxelles ou dans plusieurs provinces wallonnes, voire dans certaines localités. Des députés s'inquiètent de la lisibilité d'un tel dispositif pour le citoyen. La stratégie nationale repose sur un socle commun de règles à respecter dans tout le pays mais qui peuvent être complétées. "Des mesures complémentaires sur le plan local ou sectoriel, c'est bienvenu, même si c'est compliqué pour le citoyen", a reconnu M. Vandenbroucke. L'élaboration d'un "baromètre" permettrait d'y voir plus clair. Mais l'instrument doit être au point, a averti le ministre: "Il faut être sûr que ce baromètre peut être accroché au mur et y rester". Le baromètre est prêt, selon la Cellule d'évaluation fédérale (Celeval) qui regroupe les experts conseillant le gouvernement. Les experts ont encore tenu lundi une réunion de 4 heures sur le sujet. "C'est maintenant au politique de poursuivre avec ces recommandations. On a fait référence le plus possible aux protocoles existants", a expliqué le président de la Celeval, Tom Auwers. Le commissaire du gouvernement Pedro Facon finalise l'instrument qui sera la base sur laquelle s'appuieront les mesures prises à l'avenir. "Normalement, il sera proposé vendredi au comité de concertation", a confirmé le porte-parole du Premier ministre.