"En région liégeoise, les services d'incendie fonctionnent sous le modèle d'une intercommunale, à savoir l'IILE (Intercommunale d'incendie de Liège et environ). Cette +exception liégeoise+ a été préservée de par son passé et grâce aussi à un certain lobbying de députés socialistes à la Chambre, dont le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), ajoute le groupe de presse.

Depuis le 1er janvier 2016, l'organisation des services d'incendie est passée d'une organisation communale à un système zonal, où l'ensemble du pays est divisé en 34 zones de secours. Le système est donc identique partout: un conseil de sécurité est composé par les différents bourgmestres dont les communes composent la zone, avec un collège pour les missions plus étendues. Avec un principe: les différents bourgmestres ne touchent aucune rémunération ni défraiement pour ce poste.

La zone de secours de Liège est la seule exception à la règle, souligne Sudpresse.

"En région liégeoise, les services d'incendie fonctionnent sous le modèle d'une intercommunale, à savoir l'IILE (Intercommunale d'incendie de Liège et environ). Cette +exception liégeoise+ a été préservée de par son passé et grâce aussi à un certain lobbying de députés socialistes à la Chambre, dont le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), ajoute le groupe de presse. Depuis le 1er janvier 2016, l'organisation des services d'incendie est passée d'une organisation communale à un système zonal, où l'ensemble du pays est divisé en 34 zones de secours. Le système est donc identique partout: un conseil de sécurité est composé par les différents bourgmestres dont les communes composent la zone, avec un collège pour les missions plus étendues. Avec un principe: les différents bourgmestres ne touchent aucune rémunération ni défraiement pour ce poste. La zone de secours de Liège est la seule exception à la règle, souligne Sudpresse.