Dans un premier temps, 7,64 milliards seront mobilisés par l'exécutif pour 20 mesures structurantes s'articulant autour des 5 axes directeurs définis par le conseil stratégique. Il faudra ensuite y ajouter, au premier trimestre 2022, plus de 2 milliards d'euros issus du fonds Feder et du Fonds social européen (FSE), a précisé Elio Di Rupo (PS). Dans le détail, 1,44 milliard d'euros sera consacré à l'axe de soutien à la jeunesse et aux talents wallons, avec notamment un plan langue destiné à améliorer la connaissance du néerlandais.

La soutenabilité environnementale bénéficiera elle de 2,67 milliards d'euros. Sur ce montant, 200 millions sont prévus pour l'isolation de bâtiments publics et privés, a notamment expliqué le ministre wallon de l'Energie, Philippe Henry. Le déploiement des énergies renouvelables sera également soutenu tout comme le transport modal des biens et des personnes. Troisième axe: l'amplification du développement économique sera dotée d'1,26 milliard d'euros, avec notamment des investissements "capitaux" dans la recherche et l'innovation ainsi qu'une réforme de la filière en alternance pour en faire une filière "d'excellence", a défendu le ministre régional de l'Economie, Willy Borsus.

"Ces 3 programmes complémentaires constituent le plan de relance wallon qui se veut construit au bénéfice des citoyens. Mais il nous faudra le soutien de l'ensemble des forces vives régionales pour relancer notre Région."

Par ailleurs, le tourisme sera lui aussi intégré dans cet axe car "il est crée des emplois non-délocalisables", a souligné la ministre compétente, Valérie De Bue. Constituant le 4e axe, le soutien au bien-être, la solidarité et l'inclusion sociale recevront 2,12 milliards d'euros. Dans ce cadre, 400 millions seront dégagés pour faciliter l'accès à la propriété, s'est réjoui le ministre régional Christophe Collignon.

Près de 300 millions seront également libérés pour la protection de la santé.

Enfin, le 5e axe, visant à garantir une gouvernance innovante et participative, se verra attribuer 149 millions d'euros, dont 135 millions pour le déploiement d'une "administration publique connectée aux usagers, innovante et performante".. "Ce sont des montants choc mais qui sont indispensables tant une nouvelle dynamique est nécessaire pour relancer la Wallonie d'ici 2024", a résumé Elio Di Rupo.

Pour parvenir à ces "sommes gigantesques", le gouvernement régional a mutualisé Get up Wallonia, le plan wallon de transition prévu dans la déclaration de politique régionale et la Facilité pour la reprise et la résilience initiée par la Commission européenne, a-t-il ajouté. "Ces 3 programmes complémentaires constituent le plan de relance wallon qui se veut construit au bénéfice des citoyens. Mais il nous faudra le soutien de l'ensemble des forces vives régionales pour relancer notre Région. C'est à ce prix, tous les acteurs de la société réunis, que nous nous réinventerons", a conclu le ministre-président.

Dans un premier temps, 7,64 milliards seront mobilisés par l'exécutif pour 20 mesures structurantes s'articulant autour des 5 axes directeurs définis par le conseil stratégique. Il faudra ensuite y ajouter, au premier trimestre 2022, plus de 2 milliards d'euros issus du fonds Feder et du Fonds social européen (FSE), a précisé Elio Di Rupo (PS). Dans le détail, 1,44 milliard d'euros sera consacré à l'axe de soutien à la jeunesse et aux talents wallons, avec notamment un plan langue destiné à améliorer la connaissance du néerlandais. La soutenabilité environnementale bénéficiera elle de 2,67 milliards d'euros. Sur ce montant, 200 millions sont prévus pour l'isolation de bâtiments publics et privés, a notamment expliqué le ministre wallon de l'Energie, Philippe Henry. Le déploiement des énergies renouvelables sera également soutenu tout comme le transport modal des biens et des personnes. Troisième axe: l'amplification du développement économique sera dotée d'1,26 milliard d'euros, avec notamment des investissements "capitaux" dans la recherche et l'innovation ainsi qu'une réforme de la filière en alternance pour en faire une filière "d'excellence", a défendu le ministre régional de l'Economie, Willy Borsus. Par ailleurs, le tourisme sera lui aussi intégré dans cet axe car "il est crée des emplois non-délocalisables", a souligné la ministre compétente, Valérie De Bue. Constituant le 4e axe, le soutien au bien-être, la solidarité et l'inclusion sociale recevront 2,12 milliards d'euros. Dans ce cadre, 400 millions seront dégagés pour faciliter l'accès à la propriété, s'est réjoui le ministre régional Christophe Collignon. Près de 300 millions seront également libérés pour la protection de la santé. Enfin, le 5e axe, visant à garantir une gouvernance innovante et participative, se verra attribuer 149 millions d'euros, dont 135 millions pour le déploiement d'une "administration publique connectée aux usagers, innovante et performante".. "Ce sont des montants choc mais qui sont indispensables tant une nouvelle dynamique est nécessaire pour relancer la Wallonie d'ici 2024", a résumé Elio Di Rupo. Pour parvenir à ces "sommes gigantesques", le gouvernement régional a mutualisé Get up Wallonia, le plan wallon de transition prévu dans la déclaration de politique régionale et la Facilité pour la reprise et la résilience initiée par la Commission européenne, a-t-il ajouté. "Ces 3 programmes complémentaires constituent le plan de relance wallon qui se veut construit au bénéfice des citoyens. Mais il nous faudra le soutien de l'ensemble des forces vives régionales pour relancer notre Région. C'est à ce prix, tous les acteurs de la société réunis, que nous nous réinventerons", a conclu le ministre-président.