Deux projets sont à l'étude pour répondre à l'urgence actuelle mais aussi à réduire sur le long terme la dépendance vis-à-vis de producteurs étrangers : la création d'une unité de production de masques basée sur son sol et la mise en place d'une filière de décontamination de masques usagés afin de les rendre réutilisables.

Ces projets sont en cours d'analyse au sein d'une "task force" mise sur pied il y a quelques jours par le ministre de l'Economie Willy Borsus (MR), et composée des trois outils financiers wallons (SRIW, Sogepa, Sowalfin), de trois fédérations patronales (Agoria, Essenscia, UWE), de l'université de Liège, du pôle de compétitivité santé Biowin et du SPW. "Nous avons été sollicités par le gouvernement pour analyser les possibilités de redéploiement en Wallonie d'une ligne de production de masques", explique Sylvie Ponchaut, la directrice de Biowin.

Quatre entreprises ont été approchées en vue d'accueillir une ligne de production de masques à côté de leurs activités actuelles. L'autre projet concernant la décontamination des masques est dirigé par Eric Haubruge, professeur à l'université de Liège, et Pierre Léonard de la Sowalfin.

Deux projets sont à l'étude pour répondre à l'urgence actuelle mais aussi à réduire sur le long terme la dépendance vis-à-vis de producteurs étrangers : la création d'une unité de production de masques basée sur son sol et la mise en place d'une filière de décontamination de masques usagés afin de les rendre réutilisables. Ces projets sont en cours d'analyse au sein d'une "task force" mise sur pied il y a quelques jours par le ministre de l'Economie Willy Borsus (MR), et composée des trois outils financiers wallons (SRIW, Sogepa, Sowalfin), de trois fédérations patronales (Agoria, Essenscia, UWE), de l'université de Liège, du pôle de compétitivité santé Biowin et du SPW. "Nous avons été sollicités par le gouvernement pour analyser les possibilités de redéploiement en Wallonie d'une ligne de production de masques", explique Sylvie Ponchaut, la directrice de Biowin. Quatre entreprises ont été approchées en vue d'accueillir une ligne de production de masques à côté de leurs activités actuelles. L'autre projet concernant la décontamination des masques est dirigé par Eric Haubruge, professeur à l'université de Liège, et Pierre Léonard de la Sowalfin.