Le coefficient de Gini y est particulièrement stable malgré une légère augmentation le faisant passer de 0,250 en 2016 à 0,256 l'année suivante. Mesure synthétique des inégalités au sein d'une population, ce coefficient varie de 0, si l'égalité est totale, à 1, si l'ensemble des revenus est perçu par un seul individu.

Avec un coefficient de 0,256, la Wallonie fait aussi bien que les pays scandinaves. Par contre, les conditions de vie y sont davantage marquées par la pauvreté.

Ainsi, le taux wallon de privation matérielle sévère (8,6% et 21,4% de la population vivant dans un ménage monoparental) est supérieur à la médiane européenne et plus d'un habitant sur quatre (26,2%) vit dans un ménage en situation de risque de pauvreté ou d'exclusion sociale.

En outre, plus d'un Wallon sur 5 vit dans une habitation présentant des problèmes d'humidité tandis que 44,7% des locataires au prix du marché ont un revenu net équivalent inférieur au seuil de pauvreté. Plus de 7% des clients résidentiels wallons en électricité étaient également en défaut de paiement en 2018.

Enfin, une part importante de la population (17,6% des moins de 60 ans) est exclue de l'emploi, relève l'IWEPS.

A l'autre bout de l'échelle, les 20.000 déclarations les plus élevées, soit 1% des déclarations, affichent, en moyenne, un revenu imposable de plus de 216.000 euros. "Autrement dit, le revenu cumulé des 1% des déclarations les plus élevées est supérieur au revenu cumulé d'environ 25 à 30% des déclarations les moins élevées", conclut l'IWEPS.