Couper dans les subsides pour les énergies fossiles. Un conseil des ministres sur la question climatique le plus vite possible, dès que le Premier ministre Alexander De Croo rentre de la plénière aux Nations Unies. Enfin appliquer concrètement les plans de l'accord de gouvernement. Mardi, dans le Morgen, Conner Rousseau, le président du parti socialiste flamand Vooruit met le paquet.

En parlant de subsides, il vise le remboursement d'accises sur le diesel auquel les compagnies de transport routier ont droit. Ceux-ci s'élevaient à 733millions d'euros en 2019, une dépense qu'il juge problématique pour un pays qui souhaite baisser ses émissions en CO2.

Conseil le 8 octobre

Dans un tweet, la ministre fédérale du Climat, Zakia Khattabi, répond à Conner Rousseau, confirmant que le conseil est déjà plainifié. Vendredi, un kern organisé sur l'initiative de la ministre a permis de lancer des discussions pour définir les efforts supplémentaires nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 26 millions de tonnes. Un conseil des ministres se tiendra alors le 8 octobre, afin d'établir une feuille de route pour la contribution du fédéral à l'ambition européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% jusque 2030.

Inscrire l'écocide dans le code pénal

Mardi aussi, Zakia Khattabi indiquait sur Twitter vouloir inscrire l'écocide (néologisme désignant le fait de porter gravement atteinte à l'environnement, via la pollution par exemple) dans le code pénal. Elle vise particulièrement des entreprises polluantes, comme 3M, dont l'émission de PFAS pendant des années, jusqu'en 2000, a suscité un scandale sanitaire et écologique en Flandre. La terre autour du site en province d'Anvers est aujourd'hui encore fortement polluée.

Le cabinet de la ministre n'a pas répondu à nos demandes d'informations quant à cette proposition.

Sortie du nucléaire : bras de fer avec la N-VA?

Un point dans l'accord de gouvernement est la sortie du nucléaire en 2025. Pour remplacer ces sources d'énergie éléctrique, le gouvernement mise sur les centrales à gaz. Quatre sont prévues d'être construites en Flandre, mais là survient le premier bloquage : la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), a refusé vendredi de donner le permis de bâtir pour la construction d'une centrale à Dilsen-Stokkem, dans le Limbourg.

Pour la ministre, l'usine est trop grande par rapport aux normes urbanistiques, et se trouve à moins de 200 mètres d'un site naturel protégé, qu'elle polluerait. La centrale à gaz émet tous les ans 100 tonnes d'ammoniaque et 340 tonnes d'oxyde d'azote. Un refus également motivé par des raisons politiques sous-jacentes ? La N-VA a toujours indiqué être contre la fermeture des centrales nucléaires.

Couper dans les subsides pour les énergies fossiles. Un conseil des ministres sur la question climatique le plus vite possible, dès que le Premier ministre Alexander De Croo rentre de la plénière aux Nations Unies. Enfin appliquer concrètement les plans de l'accord de gouvernement. Mardi, dans le Morgen, Conner Rousseau, le président du parti socialiste flamand Vooruit met le paquet.En parlant de subsides, il vise le remboursement d'accises sur le diesel auquel les compagnies de transport routier ont droit. Ceux-ci s'élevaient à 733millions d'euros en 2019, une dépense qu'il juge problématique pour un pays qui souhaite baisser ses émissions en CO2. Dans un tweet, la ministre fédérale du Climat, Zakia Khattabi, répond à Conner Rousseau, confirmant que le conseil est déjà plainifié. Vendredi, un kern organisé sur l'initiative de la ministre a permis de lancer des discussions pour définir les efforts supplémentaires nécessaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 26 millions de tonnes. Un conseil des ministres se tiendra alors le 8 octobre, afin d'établir une feuille de route pour la contribution du fédéral à l'ambition européenne de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 55% jusque 2030.Mardi aussi, Zakia Khattabi indiquait sur Twitter vouloir inscrire l'écocide (néologisme désignant le fait de porter gravement atteinte à l'environnement, via la pollution par exemple) dans le code pénal. Elle vise particulièrement des entreprises polluantes, comme 3M, dont l'émission de PFAS pendant des années, jusqu'en 2000, a suscité un scandale sanitaire et écologique en Flandre. La terre autour du site en province d'Anvers est aujourd'hui encore fortement polluée.Le cabinet de la ministre n'a pas répondu à nos demandes d'informations quant à cette proposition.Un point dans l'accord de gouvernement est la sortie du nucléaire en 2025. Pour remplacer ces sources d'énergie éléctrique, le gouvernement mise sur les centrales à gaz. Quatre sont prévues d'être construites en Flandre, mais là survient le premier bloquage : la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), a refusé vendredi de donner le permis de bâtir pour la construction d'une centrale à Dilsen-Stokkem, dans le Limbourg.Pour la ministre, l'usine est trop grande par rapport aux normes urbanistiques, et se trouve à moins de 200 mètres d'un site naturel protégé, qu'elle polluerait. La centrale à gaz émet tous les ans 100 tonnes d'ammoniaque et 340 tonnes d'oxyde d'azote. Un refus également motivé par des raisons politiques sous-jacentes ? La N-VA a toujours indiqué être contre la fermeture des centrales nucléaires.