À en croire le quotidien De Morgen, la vidéo, qui compte près de 200 000 vues, est censée illustrer l'importance accordée par la N-VA aux droits de la femme. Cependant, elle produit l'effet inverse sur les réseaux sociaux. Parce qu'elle est dépourvue de son et de texte explicatif : rien ne vient éclairer la lanterne de l'internaute, mais aussi parce que les cinq politiciennes sont perchées sur des hauts talons.

Assita Kanko, qui a quitté le MR pour la N-VA en décembre dernier, a été la première à diffuser la vidéo sur son compte Twitter, accompagnée du message "Oops, we dit it again". Selon De Morgen, la vidéo répond à un article paru la semaine dernière sur le site flamingant Doorbraak où Johan Sanctorum fustige ce qu'il appelle "le féminisme à talons hauts". "Peu de femmes en politique se détachent du stéréotype affectionné par les hommes : enjouées, coquettes et surtout pas trop intelligentes. Les féministes de la N-VA (et c'est bien évidemment le cas aussi pour les féministes socialistes) arborent une allure sois belle et tais-toi".

Le parti le plus sexy de Flandre

Seule une petite minorité comprend le message et la vidéo suscite étonnement et grincements de dents sur les réseaux sociaux. "Ce sont surtout les talons hauts qui restent dans les esprits. Ils servent à accentuer la féminité. Je présume que la N-VA veut être le parti le plus sexy de Flandre. J'espère que le fond suivra", explique Marc Fauconnier, CEO de l'agence publicitaire Famous en riant au quotidien De Morgen.

Si pour Assita Kanko, la vidéo s'adresse "à tous ceux qui trouvent que les femmes qui prennent soin de leur apparence n'ont rien à dire", Zuhal Demir regrette que le message soit mal passé. "Nous étions ensemble pour les photos de campagne autour du thème des droits de la femme. Ces photos seront diffusées plus tard. Le photographe a proposé de faire une vidéo pour poster sur nos pages Facebook, mais il faut une explication, évidemment", déclare-t-elle.

Selon elle, la N-VA n'a pas sélectionné les cinq dames pour leur beauté, mais pour leur implication dans les droits de la femme. Parti masculin par excellence, la N-VA, où la ministre flamande Liesbeth Homans a longtemps été la seule politicienne en vue du parti, a réussi à attirer quelques femmes réputées pour leur intelligence et ambitieuses, censées convaincre les électrices.