Thomas Pesquet a posté le 9 mai une photo de la Belgique vue du ciel. Elle brille de mille feux dans la nuit grâce à ses nombreux éclairages publics. Le cliché va être massivement partagé, au point de tomber dans le viseur de la presse internationale, ou plutôt anglophone.
...

Thomas Pesquet a posté le 9 mai une photo de la Belgique vue du ciel. Elle brille de mille feux dans la nuit grâce à ses nombreux éclairages publics. Le cliché va être massivement partagé, au point de tomber dans le viseur de la presse internationale, ou plutôt anglophone. Rien d'un scoopCe buzz peut surprendre lorsqu'on sait que ce n'est pas la première photo que l'astronaute poste de notre pays aux nuits si bien éclairées. En février, déjà, il publiait un cliché du même genre en mettant en avant la pollution lumineuse que cela représentait. Ce qui ressort surtout de l'attention internationale ce n'est pas vraiment la beauté du cliché, mais plutôt l'impression de gaspillage intempestif. La BBCdit, par exemple, que pas moins de 2.2 millions de lampes éclairent nos réseaux routiers particulièrement denses. Ce n'est pas faux. Notre réseau autoroutier est même l'un des plus denses au monde, juste après les Pays-Bas. La BBC précise encore qu'en plus d'être légion, les lumières restent allumées toute la nuit. Et ceci est moins vrai: les routes belges sont moins systématiquement éclairées qu'auparavant. Une question régionaleEn Belgique, ce sont les Régions qui sont compétentes pour la gestion et l'entretien des autoroutes situées sur leur territoire. Du coup, l'approche diffère d'une Région à l'autre. Par exemple, il y a 11,3 km d'autoroute dans la Région de Bruxelles-Capitale. Ce n'est pas beaucoup, mais elles sont très fréquentées de jour comme de nuit. Par ailleurs, les entrées et sorties ne sont jamais très éloignées les unes des autres. Du coup, l'éclairage y reste allumé toute la nuit. Mais ce n'est pas le cas pour les autres régions. En Région wallonne, il y a très exactement 869 km d'autoroute. Sur son réseau, la région éteint les lumières entre 0h30 et 5h30 dans la plupart des cas. Au passage plus stratégique, il se peut qu'on laisse allumer une lumière sur deux. La région a néanmoins annoncé au début de cette année une petite révolution puisque l'éclairage des routes va être modernisé. Des lumières LED modulables qui consomme 30% en moins et qui peuvent s'adapter en temps réel selon le trafic et les conditions météorologiques équiperont progressivement l'ensemble des autoroutes et des routes nationales deux fois deux bandes. Cela signifie 63.000 poteaux et 73.000 ampoules à changer sur 2.300 kilomètres de routes. Le projet va coûter 30 millions d'euros par an sur 20 ans avec début des travaux pour 2018. De tels LED ont déjà été installés aux entrées et sorties d'autoroute. En Flandre, c'est encore un autre système puisque depuis 2011, il y a une nouvelle législation qui fait que la moitié des lumières le long des autoroutes sont éteintes, à moins qu'il y ait des conditions extrêmes, un accident, des embouteillages ou travaux. Sur les 883 km du réseau, seuls sur le ring de Bruxelles ainsi que les bretelles d'entrées et de sorties d'autoroutes l'éclairage reste allumé. La Région flamande précise que cette simple mesure leur fait économiser près de 2 millions par an. En Flandre aussi on se met au LED et on s'apprête à dire au revoir aux lumières jaunes. La région a décidé de consacrer 20 millions d'euros pour adapter tout le réseau autoroutier de sa région. Les routes régionales seront adaptées plus tard. Même dans les villes on s'y met. Eandis, qui gère 80% de l'éclairage public, annonce que d'ici 10 à 15 ans, les rues seront nimbées la nuit d'une lumière blanche et non plus jaune. A Malines et Anvers, 10% de l'éclairage public fonctionne déjà avec des LED. Qu'importe si certaines voix s'élèvent pour dénoncer la froideur de cette lumière et d'un possible impact sur le sommeil.