Elle est un excellent révélateur en matière de bonne gouvernance. Dans les communes bruxelloises, la transparence reste, pour certains, un exercice difficile. L'exigence est pourtant légale et pas vraiment insurmontable. Depuis son entrée en vigueur au printemps 2019, le décret de la Région bruxelloise sur la publicité de l'administration impose aux 19 communes ...

Elle est un excellent révélateur en matière de bonne gouvernance. Dans les communes bruxelloises, la transparence reste, pour certains, un exercice difficile. L'exigence est pourtant légale et pas vraiment insurmontable. Depuis son entrée en vigueur au printemps 2019, le décret de la Région bruxelloise sur la publicité de l'administration impose aux 19 communes de publier sur leur site Web la composition des cabinets mayoraux et échevinaux, soit au minimum les noms et fonctions des collaborateurs. A la fin du printemps dernier, avec l'organisation Transparencia, Le Vif faisait le bilan de cette publicité active imposée et constatait que plusieurs communes traînaient les pieds, deux d'entre elles (Etterbeek et Saint-Josse-ten-Noode) ne publiant carrément rien du tout. Six mois plus tard, grâce à la ténacité de Transparencia, il semble que l'objectif décrétal soit atteint. Soit un an et neuf mois, en tout, après l'adoption du décret. Bigre. Pour y arriver, il aura fallu aussi introduire une plainte auprès du ministre de tutelle régional Bernard Clerfayt (photo) et de nombreux recours auprès de la Cada bruxelloise (la commission d'accès aux documents administratifs). Cela n'a toutefois pas été nécessaire pour cinq communes: Auderghem, Ixelles, Schaerbeek, Uccle, Watermael-Boitsfort. C'est la tête du peloton de la transparence. Par contre, quatre autres communes ont, elles, dépassé le délai légal de 30 jours, soit un mois et cinq jours pour Saint-Gilles et un mois et douze jours pour Bruxelles-Ville. Etterbeek et Saint-Josse, elles, ont pris leur temps, soit plus de neuf mois pour la première et plus de dix mois pour la seconde... Et encore, Saint-Josse n'a publié que la liste de ses collaborateurs actuels, alors que Transparencia demandait les compositions des cabinets sur trois législatures.