Elles craignent que les coupes budgétaires les réduisent au silence. "Le mépris de la société civile entraîne des décisions défavorables l'intérêt général", souligne Ann Vermorgen du syndicat chrétien.

"La politique du gouvernement Jambon I est bloquée sur des idées qui ont fait leur temps", stipule la déclaration de Hart boven Hard, que 200 personnes et organisations ont contresignée.

Le nouveau gouvernement amenuise les associations défendant les minorités, restreint les partenaires sociaux, mène des charges contre les ONG et les citoyens qui défendent les nouveaux arrivants, décrie encore la déclaration.

La lettre se lit comme un avertissement à Jan Jambon, ministre président flamand. Il est préférable que les dirigeants politiques privilégient le dialogue avec la société civile, insistent les signataires.

La déclaration ne restera pas lettre morte, prévient le syndicat socialiste. Des actions sont envisagées dès que les notes politiques des ministres permettront d'évaluer l'impact concret des mesures d'économie.