Lundi dernier, Bruxelles a franchi le cap des 500 000 contaminations. Alors qu'en Wallonie et en Flandre, les quinquagénaires et les sexagénaires se font vacciner, les quadragénaires en parfaite santé font la queue dans les centres de vaccination de Bruxelles. Malheureusement, il y a un hic : la couverture vaccinale reste alarmante, en particulier chez les personnes de moins de 65 ans. Dans des communes telles que Bruxelles-Ville, Schaerbeek, Saint-Josse, Molenbeek et Saint-Gilles, moins d'un habitant sur cinq a eu sa première piqûre. C'est moins de la moitié de la moyenne en Flandre et moins de la moitié de la moyenne dans les communes bruxelloises fortunées telles que Woluwe-Saint-Lambert. C'est précisément ce décrochage massif qui explique que la pyramide des âges descend à un rythme beaucoup plus rapide à Bruxelles qu'en Flandre et en Wallonie.
...

Lundi dernier, Bruxelles a franchi le cap des 500 000 contaminations. Alors qu'en Wallonie et en Flandre, les quinquagénaires et les sexagénaires se font vacciner, les quadragénaires en parfaite santé font la queue dans les centres de vaccination de Bruxelles. Malheureusement, il y a un hic : la couverture vaccinale reste alarmante, en particulier chez les personnes de moins de 65 ans. Dans des communes telles que Bruxelles-Ville, Schaerbeek, Saint-Josse, Molenbeek et Saint-Gilles, moins d'un habitant sur cinq a eu sa première piqûre. C'est moins de la moitié de la moyenne en Flandre et moins de la moitié de la moyenne dans les communes bruxelloises fortunées telles que Woluwe-Saint-Lambert. C'est précisément ce décrochage massif qui explique que la pyramide des âges descend à un rythme beaucoup plus rapide à Bruxelles qu'en Flandre et en Wallonie.Les causes sont bien connues et sont liées au profil socio-économique de la population de la capitale. La super-diversité culturelle et linguistique est un atout à bien des égards. Mais pas lorsqu'il s'agit de vaccination, du moins pas associée à des niveaux élevés de privation et à un accès limité aux soins de santé.Dans la communauté rom de Bruxelles, tous ces obstacles s'accumulent. Koen Geurts, coordinateur du département Roms et Gens du voyage de l'asbl Foyer, estime qu'ils sont entre 12 000 et 13 000 à Bruxelles. C'est une communauté très hétérogène", dit-il. Plus d'un tiers sont des Roumains, ensuite, ce sont les Bulgares qui forment le groupe le plus important. Nous avons aussi des Roms de Slovaquie et de l'ex-Yougoslavie, mais ils sont peu nombreux. Depuis 2015, un nouveau groupe d'environ 2 à 3 000 Doms syriens est arrivé, des Roms du Moyen-Orient qui ne parlent pas romani mais domari.''Église pentecôtisteSon département poursuit une politique persistante d'accompagnement des Doms vers les centres de vaccination. Les médiateurs interculturels, qui ne sont pas doms, mais syriens, jouent un rôle clé. Ils rendent régulièrement visite aux familles pour, par exemple, soulever la question de l'absentéisme scolaire ou les aider à remplir les formalités administratives", explique Geurts. "Ils les interrogent, en passant, sur leurs projets de vaccination : avez-vous déjà reçu l'invitation ? Pouvons-nous vous aider à vous inscrire? Les Doms ne sont pas hyper enthousiastes, mais il n'y a pas d'aversion franche envers les vaccins. Il en va de même pour les Roms bulgares, mieux intégrés et plus instruits. Les plus grands sceptiques sont les Roms roumains, même si je ne veux pas les mettre tous dans le même sac. Ici aussi, plus le niveau d'éducation est élevé, plus les gens sont disposés à se faire vacciner. Mais la plupart des Roms roumains viennent des zones rurales et sont peu qualifiés."Et ils sont donc plus sensibles que la moyenne aux théories du complot des antivax. Tout comme la Wallonie, Bruxelles est touchée par le scepticisme vaccinal semé depuis la France. En outre, les Roms roumains sont alimentés en permanence par la peur et la méfiance de leur pays d'origine. Infertilité, effets secondaires pouvant aller jusqu'à la mort subite : les histoires d'horreur sont partagées avec empressement sur les réseaux sociaux. Le rôle des églises pentecôtistes, qui constituent une boussole religieuse et spirituelle pour la grande majorité des Roms roumains, est frappant. "Il y a une dizaine de ces églises à Bruxelles", dit Geurts. "Nous avons envoyé nos médiateurs dans l'espoir de rallier les pasteurs à notre cause. Les avis sont partagés, avec certains la discussion est très sensible. Pourtant, il y a une église dont le pasteur a été vacciné."À plusieurs reprises, le médiateur du Foyer a entendu proclamer l'apocalypse dans les églises pentecôtistes. Le Covid-19 est une épreuve biblique conçue par Satan, qui a élaboré un sombre plan directeur dont font partie les médecins et les vaccins. N'a-t-il pas entendu les histoires de la Roumanie ? Les patients se sont rendus à l'hôpital avec des symptômes légers et sont revenus les pieds devant. Les vaccins ne sont pas le remède, mais l'essence du mal. La seule solution, c'est la prière et la foi en Dieu. Le médiateur, roumain mais pas rom, n'était guère surpris. Au sein de l'Église orthodoxe roumaine, on observe également un scepticisme à propos du vaccin. Récemment, il y a eu un tollé en Roumanie à propos d'un prêtre qui refusait la communion à des fidèles parce qu'ils avaient été vaccinés.Au Foyer, on ne baisse pas les bras. Les dépliants multilingues sont imprimés et, la semaine dernière, l'association a tourné des vidéos où l'on voit des médiateurs de différentes communautés roms se faire ostensiblement vacciner. Tout le monde ne l'accepte pas, déclare le Rom bulgare Biser Alekov, docteur en linguistique polyglotte qui travaille depuis plus de dix ans comme médiateur social pour les communautés roms de Bruxelles. "Je viens de rentrer de mon village en Bulgarie", dit-il. "Le coronavirus y est surtout minimisé, même s'il y a aussi des fake news qui circulent. Ils n'étaient pas impressionnés, par exemple, par le fait que j'avais été vacciné. Maintenant, vous ne sentez plus rien, m'ont-ils dit, mais d'ici deux ans, les personnes vaccinées mourront en masse."Alekov confirme l'expérience du Foyer, l'un de ses anciens employeurs. Les Roumains sont le groupe le plus difficile, dit-il. Les Roms bulgares sont musulmans, tout comme les Turcs bulgares, avec qui ils ont beaucoup en commun. Les mosquées turques ne sont pas contre les vaccins, pas plus que les mosquées qui servent les Doms. Chez les Roms roumains, il y a beaucoup plus de fatalisme religieux : tout ce qui arrive est la volonté de Dieu. Ou de son adversaire, Satan."Nocturnes de vaccination Inge Neven, qui, en tant que chef de l'inspection sanitaire de Bruxelles, est l'un des architectes de la campagne de vaccination, est consciente du problème. La résistance vient principalement des petites religions", dit-elle. Les églises pentecôtistes et autres églises évangéliques sont également très fortes au sein de la communauté africaine. Nous y rencontrons exactement les mêmes préjugés qu'avec les Roms roumains.Néanmoins, le seuil de l'immunité collective à Bruxelles est également fixé à 70 %. C'est faisable, selon Neven, qui souligne la flexibilité de l'approche bruxelloise : un système d'enregistrement accessible, des équipes mobiles de sensibilisation avec des partenaires tels que Médecins Sans Frontières, Médecins du Monde, le Samusocial et la Croix-Rouge, un réseau de sensibilisation auquel participent des dizaines d'auto-organisations en plus du Foyer. Ces dernières semaines, des expériences de vaccinations spontanées ont été menées sur des places à Molenbeek et à Saint-Josse. Nous devons également vacciner les sans-papiers", déclare Neven. Leur nombre est estimé entre 50 000 et 150 000. Nous comptons sur le vaccin à usage unique de Janssen pour ce groupe. Selon la clé de répartition fédérale, Bruxelles reçoit 10 % de cette somme. Nous sommes d'avis que cette part devrait être augmentée de manière substantielle en fonction de notre groupe cible."Que se passera-t-il une fois que les gens faciles à convaincre auront été vaccinés et que l'immunité de groupe ne sera pas encore atteinte ? Nous devrons faire preuve de créativité", déclare Neven. "Pourquoi ne pas organiser des nocturnes dans des centres de vaccination du centre, par exemple ? Nous avons déjà envisagé ce scénario."