Pour illustrer son propos, la Fédération affirme que plus de 80 emplois à engagement immédiat ne sont entre autres pas pourvus dans douze restaurants de la capitale. "Si nous extrapolons à l'ensemble de la Belgique, nous pouvons estimer la pénurie de personnel qualifié à plus de 10.000 emplois", ajoute-t-elle.

Secteur Horeca asphyxié

Le secteur Horeca est asphyxié par "un coût salarial important mais aussi par un manque qualitatif de ses métiers", analyse encore la Fédération, qui déplore un manque de reconnaissance et surtout d'attractivité du secteur. Si les restaurants occupent 75% de son personnel, l'hébergement touristique est lui aussi concerné par la problématique.

Afin de permettre au secteur de sortir des difficultés qu'il rencontre, la Fédération appelle entre autres les autorités à améliorer et allonger les formations, favoriser la notion de contrat d'apprentissage, rendre les fins de contrat plus souples, promouvoir les flexi-jobs ou encore réinstaurer le jour de carence.

Pour illustrer son propos, la Fédération affirme que plus de 80 emplois à engagement immédiat ne sont entre autres pas pourvus dans douze restaurants de la capitale. "Si nous extrapolons à l'ensemble de la Belgique, nous pouvons estimer la pénurie de personnel qualifié à plus de 10.000 emplois", ajoute-t-elle. Le secteur Horeca est asphyxié par "un coût salarial important mais aussi par un manque qualitatif de ses métiers", analyse encore la Fédération, qui déplore un manque de reconnaissance et surtout d'attractivité du secteur. Si les restaurants occupent 75% de son personnel, l'hébergement touristique est lui aussi concerné par la problématique. Afin de permettre au secteur de sortir des difficultés qu'il rencontre, la Fédération appelle entre autres les autorités à améliorer et allonger les formations, favoriser la notion de contrat d'apprentissage, rendre les fins de contrat plus souples, promouvoir les flexi-jobs ou encore réinstaurer le jour de carence.