Aucun économiste sérieux n'ose chiffrer l'impact économique du coronavirus, car tous les paramètres sont encore incertains. Comment le virus va-t-il se développer ? Y aura-t-il un deuxième pic ? Que feront les gens avec l'argent qu'ils ne dépensent pas dans les restaurants et les magasins ? Multipliez toutes les incertitudes, et pour l'instant nous pouvons sortir n'importe où", déclarait Gert Peersman (Université de Gand) à Knack la semaine dernière.
...

Aucun économiste sérieux n'ose chiffrer l'impact économique du coronavirus, car tous les paramètres sont encore incertains. Comment le virus va-t-il se développer ? Y aura-t-il un deuxième pic ? Que feront les gens avec l'argent qu'ils ne dépensent pas dans les restaurants et les magasins ? Multipliez toutes les incertitudes, et pour l'instant nous pouvons sortir n'importe où", déclarait Gert Peersman (Université de Gand) à Knack la semaine dernière.Ce qui ne veut pas dire que le bilan économique ne sera pas lourd. Le coronavirus vient de Chine, l'usine du monde. Cela laisse des traces, bien sûr. En outre, des liens importants dans l'économie mondiale tels que le Japon, la Corée du Sud et Singapour ont également été rapidement touchés. En Europe, le coronavirus a fait le plus grand nombre de victimes en Italie et en Espagne, les troisième et quatrième économies de l'UE. Cela va se sentir.L'économie belge est également durement touchée, car en tant qu'économie ouverte, nous allons souffrir du déclin du commerce mondial. En raison des fermetures obligatoires, des secteurs tels que le commerce de détail, les loisirs, le tourisme et l'hôtellerie et la restauration ont été durement touchés. Ensuite, il y a les entreprises qui doivent fermer parce que le télétravail et la distanciation sociale sont impossibles. Les entreprises peuvent également souffrir de pénurie de personnel.Scénario catastrophePourtant, les économistes soulignent que nous ne devons pas perdre de vue la résilience de l'économie. Ce qui reste un peu caché derrière toutes ces calamités, c'est que l'économie s'adapte à ces nouvelles lignes. Sous la pression de la menace de fermeture d'entreprises et de la pandémie, l'adaptation se passe même à la vitesse de l'éclair", déclare Peter van Bergeijk, professeur de macroéconomie internationale à l'université Erasmus de Rotterdam.Et ces ajustements, tels que l'augmentation du télétravail et de la livraison à domicile, ne sont pas immédiatement visibles dans les statistiques. Nous ne voyons pas la nouvelle activité économique et nous nous concentrons sur la mesure de l'ancienne, qui disparaît en partie. Van Bergeijk fait ainsi référence à ce que l'on appelle la critique de Lucas : l'économiste Robert Lucas a déjà écrit en 1976 qu'un modèle économétrique est basé sur les données du passé et perd sa validité en cas de changements drastiques.Selon Van Bergeijk, "la résilience accrue de l'économie fera en sorte que la crise du coronavirus sera une crise économique grave, mais certainement pas une catastrophe". Il fait référence à des études de scénarios de catastrophes : ce ne sont pas des prédictions, mais des rapports qui explorent ce qui peut arriver. Aux Pays-Bas, un tel rapport a été publié en 2016. Il examine les conséquences possibles des catastrophes naturelles, des inondations, des accidents dus aux radiations, des incidents chimiques, des accidents de transport, des cybermenaces, du terrorisme et des 'maladies infectieuses humaines'".Dans ce rapport néerlandais, on peut lire que "la probabilité (est) déterminée sur une pandémie pendant 25 ans. Cela signifie une probabilité de 20 % au cours des cinq prochaines années". Dans le scénario d'une grave pandémie, les écoles et les entreprises sont fermées, la population n'est pas immunisée et on parle de 5 à 10 millions d'infections aux Pays-Bas, de 50 000 hospitalisations et de plus de 14 000 décès. C'est très similaire à ce que nous vivons actuellement.Le rapport estime également les dommages économiques d'une pandémie aussi grave. Cela représente 5 à 10 milliards d'euros, soit environ 0,65 à 1,3 % du PIB néerlandais. Van Bergeijk souligne qu'un tel scénario ne permet pas de prévoir les conséquences économiques du coronavirus. "Nous ne savons pas encore comment le coronavirus va continuer à se développer. Nous ne savons pas encore combien de personnes seront infectées et combien de victimes il y aura. Ce que nous savons, c'est que les coûts réels d'une grave pandémie sont supportables pour l'économie néerlandaise", déclare Van Bergeijk."Par contre, nous sommes partis du principe que même une pandémie aussi grave serait terminée au bout de quelques mois", ajoute-t-il. C'est important et cela fait immédiatement une grande différence par rapport à ce que nous avons vu avec des maladies telles que le SIDA et Ebola. Dans certains pays africains, elles ont provoqué une chute de 10 à 20 % du PIB. C'est parce que les économies africaines sont plus faibles que les nôtres et parce que l'épidémie d'Ebola a duré plus longtemps que la période que nous avons utilisée dans nos calculs. Le Libéria a connu une période de stagnation pendant près d'un an à cause du virus Ebola. Avec des conséquences désastreuses à long terme".Le stimulantEn Belgique, il n'existe pas d'étude de ce type de scénario catastrophe, mais sur la base des chiffres néerlandais, une pandémie aussi grave causerait un préjudice économique de 3 à 6 milliards d'euros. C'est beaucoup, mais nous devrions être capables de l'encaisser, tout comme l'économie néerlandaise.La crise du coronavirus n'entraîne pas de réduction permanente de la capacité de production. Aucune entreprise ou machine n'a été détruite. Les décès ne concernent pas tant les personnes en âge de travailler que les personnes âgées. Le système financier reste également intact. Cela permet un démarrage rapide de l'économie. Plus les personnes, les marchés et les entreprises sont flexibles, moins il y a de dégâts et plus la reprise sera rapide", déclare Van Bergeijk. "Nous avons vu que les catastrophes naturelles peuvent inciter à augmenter la productivité."Bien que, selon des économistes tels que Van Bergeijk, la pandémie du coronavirus n'aura pas d'impact majeur sur notre économie, elle pourrait conduire à une crise grave. Si la panique s'installe, que les marchés boursiers s'effondrent et que les gens commencent à accumuler, cela peut causer de très graves dommages à l'économie. Si la confiance des consommateurs continue de s'effondrer, nous pourrions être plongés dans une crise financière. Mais en tant que société, nous pouvons supporter les coûts d'une pandémie. Il n'y a que les dommages économiques causés par la panique qui ne peuvent être prédits".