A partir du 1er janvier 2021, les dernières exceptions à l'interdiction de publicité pour le tabac disparaîtront. En d'autres termes, les publicités à la devanture des magasins et sur les présentoirs ainsi que les enseignes lumineuses seront interdites. L'usage du tabac sera également interdit en voiture si des mineurs sont à bord.

L'interdiction complète de la publicité n'avait pu être votée sous la législature précédente. Le vote s'est déroulé cette fois-ci sans qu'aucune voix ne manque à l'appel. "Ces dernières années, plusieurs fois, nous n'avons pas pu avancer. Finalement, grâce au soutien d'acteurs de terrain comme la Fondation contre le cancer, nous y sommes arrivés. C'est en cohérence avec l'introduction du paquet neutre. L'objectif, c'est de protéger le non-fumeur, et particulièrement les plus jeunes puisque la publicité a un effet attractif sur la mise au tabac, et le secteur dispose de moyens de marketing importants", a expliqué l'une des auteures du texte, Catherine Fonck (cdH). La Fondation avait d'ailleurs mis en garde les députés sur la tentation qu'auraient les cigarettiers de compenser le paquet neutre par des publicités supplémentaires dans les magasins. Elle jugeait donc cette loi prioritaire. Un amendement du MR a été approuvé pour laisser aux libraires la possibilité de s'adapter jusqu'à la fin de l'année. Quant à la consommation de tabac en voiture, elle est déjà interdite si des mineurs de moins de 16 ans se trouvent à bord. L'interdiction sera étendue à tous les mineurs, comme c'est le cas pour la vente de tabac. La police et les inspecteurs du SPF Santé contrôleront la mise en oeuvre de la loi. Les deux propositions de loi s'appliquent à tous les produits du tabac, y compris la cigarette électronique. L'effort doit se poursuivre, estime Mme Fonck. A ses yeux, il faudra maintenant s'attaquer au nombre de points de vente en Belgique, deux fois supérieur à celui de la France.

A partir du 1er janvier 2021, les dernières exceptions à l'interdiction de publicité pour le tabac disparaîtront. En d'autres termes, les publicités à la devanture des magasins et sur les présentoirs ainsi que les enseignes lumineuses seront interdites. L'usage du tabac sera également interdit en voiture si des mineurs sont à bord.L'interdiction complète de la publicité n'avait pu être votée sous la législature précédente. Le vote s'est déroulé cette fois-ci sans qu'aucune voix ne manque à l'appel. "Ces dernières années, plusieurs fois, nous n'avons pas pu avancer. Finalement, grâce au soutien d'acteurs de terrain comme la Fondation contre le cancer, nous y sommes arrivés. C'est en cohérence avec l'introduction du paquet neutre. L'objectif, c'est de protéger le non-fumeur, et particulièrement les plus jeunes puisque la publicité a un effet attractif sur la mise au tabac, et le secteur dispose de moyens de marketing importants", a expliqué l'une des auteures du texte, Catherine Fonck (cdH). La Fondation avait d'ailleurs mis en garde les députés sur la tentation qu'auraient les cigarettiers de compenser le paquet neutre par des publicités supplémentaires dans les magasins. Elle jugeait donc cette loi prioritaire. Un amendement du MR a été approuvé pour laisser aux libraires la possibilité de s'adapter jusqu'à la fin de l'année. Quant à la consommation de tabac en voiture, elle est déjà interdite si des mineurs de moins de 16 ans se trouvent à bord. L'interdiction sera étendue à tous les mineurs, comme c'est le cas pour la vente de tabac. La police et les inspecteurs du SPF Santé contrôleront la mise en oeuvre de la loi. Les deux propositions de loi s'appliquent à tous les produits du tabac, y compris la cigarette électronique. L'effort doit se poursuivre, estime Mme Fonck. A ses yeux, il faudra maintenant s'attaquer au nombre de points de vente en Belgique, deux fois supérieur à celui de la France.