Le parquet de Bruxelles est devenu l'allié objectif de l'Etat français qui tente, via la société CDR, de récupérer l'argent perdu dans l'arbitrage frauduleux du Crédit Lyonnais (plus de 400 millions d'euros). Il a qualifié GBT Holding de...

Le parquet de Bruxelles est devenu l'allié objectif de l'Etat français qui tente, via la société CDR, de récupérer l'argent perdu dans l'arbitrage frauduleux du Crédit Lyonnais (plus de 400 millions d'euros). Il a qualifié GBT Holding de " coquille vide dépossédée de ses actifs " et soutient la demande de CDR de désigner un administrateur provisoire. Le tribunal de commerce de Bruxelles doit se prononcer sur la faillite le 12 février. Pendant ce temps, à Paris, le ministère public soupçonne une escroquerie dans le cadre d'une décision du tribunal de commerce de Paris, qui a accordé six ans à Tapie pour rembourser ses créanciers. Au coeur du soupçon : la valeur évanescente du groupe de presse La Provence, dont Nethys est actionnaire minoritaire aux côtés de l'ancien ministre socialiste. Selon nos informations, Bernard Tapie et Stéphane Moreau se sont accordés, le 8 janvier dernier, pour geler leur différend sur la valorisation du groupe. Nethys serait même prêt à racheter la totalité de La Provence si, le 10 avril prochain, la cour d'appel de Paris décidait de mettre en liquidation judiciaire les sociétés françaises de Tapie. Un beau pied de nez aux politiques wallons !