En Wallonie, l'actuelle orange bleue (MR-cdH) perd des plumes et atteint à peine la barre des 30%. Le PS reste pour sa part la principale formation politique au sud du pays avec 25,4% des intentions de vote. Les socialistes sont toujours en deçà du score électoral confortable (+ de 30%) enregistré en mai 2014 mais ils progressent par rapport aux deux derniers baromètres. Le MR (19,9%), deuxième parti en Wallonie mais en recul de 5,9 points de pourcentage par rapport à 2014, est désormais talonné par des écologistes en pleine forme (19,7%; +11,5 pp).

Suivent le PTB, qui reprend des couleurs avec 14% (+8,5 pp), le cdH avec 10,4% (-3,6 pp), le PP avec 5,1% et DéFI, qui avec 3,3% ne perce pas en Région wallonne. Dans la capitale, Ecolo confirme son bon scrutin d'octobre et décroche 19,1%, une hausse de 8,6 points de pourcentage, selon le sondage. Le parti passe devant le MR (17,4%; -5,7 pp) et le PS (15,8%; -9,1 pp). Suivent le PTB, en nette progression, avec 11,5% (+7,7 pp) et DéFI avec 10,3% (-0,8 pp). Avec seulement 5,6% (-3,7 pp), le cdH frise quant à lui le seuil d'éligibilité. En Flandre, la NV-A reste incontournable à 28,3%.

Dix points de pourcentage séparent les nationalistes du CD&V (18,7%) et de l'Open Vld (17,5%). La N-VA s'est néanmoins légèrement tassée par rapport aux élections de 2014 (-4,1 pp), alors que chrétiens-démocrates et les libéraux se défendent. Groen réalise une belle progression (16%; +7,4 pp), tandis que le sp.a recule (9,2%; -4,8 pp). Le Vlaams Belang ne profite vraisemblablement pas de la baisse de la N-VA, n'enregistrant qu'une légère progression pour s'établir à 7,6%.

Le PVDA ne perce pas avec 2,5%. Le sondage a été effectué par téléphone du lundi 19 novembre au samedi 8 décembre auprès de 2.797 personnes (marge d'erreur de 3,1% en Wallonie et en Flandre et 3,6% à Bruxelles).