Surnommé le Fou de Gand, Karel Anthonissen (65 ans) a eu des ennuis avec Hans D'Hondt, haut responsable des finances, et Karel De Gucht, ancien commissaire européen (Open VLD). Il a été suspendu à deux reprises et a passé les derniers mois de sa carrière de 42 ans dans un bureau vide, sans fonctions. Pourtant, le chasseur de fraude le plus redouté des autorités fiscales belges revient sur son passé sans rancune dans son nouveau livre Achter de schermen van de BBI. Mémoires d'un caractériel. (Les coulisses de l'ISI. Mémoires d'un caractériel).
...

Surnommé le Fou de Gand, Karel Anthonissen (65 ans) a eu des ennuis avec Hans D'Hondt, haut responsable des finances, et Karel De Gucht, ancien commissaire européen (Open VLD). Il a été suspendu à deux reprises et a passé les derniers mois de sa carrière de 42 ans dans un bureau vide, sans fonctions. Pourtant, le chasseur de fraude le plus redouté des autorités fiscales belges revient sur son passé sans rancune dans son nouveau livre Achter de schermen van de BBI. Mémoires d'un caractériel. (Les coulisses de l'ISI. Mémoires d'un caractériel). Vous écrivez qu'il y a encore 100 à 200 milliards d'euros de capitaux noirs belges cachés à l'étranger.Au taux d'environ 35 % que nous avons défendu, ce capital pourrait rapporter des dizaines de milliards au Trésor. Nous ne pouvons pas laisser cet argent noir tranquille - ce que fait le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V). Les autorités fiscales ne peuvent remonter que sept ans en arrière. Nous avons donc besoin de justice, car grâce à la législation sur le blanchiment d'argent, la Belgique peut engager des poursuites. La correction du capital prescrite doit se faire sous la pression de procureurs stricts. Le juge pénal peut même le confisquer à cent pour cent. C'est ce qu'a démontré la cour d'appel de Gand en 2016, lorsqu'elle a confisqué 50 millions d'euros aux frères Dejager d'Osta Carpets. Le dossier est actuellement traité en cassation.Que reprochez-vous au ministre Geens ?Le ministre des Finances Alexander De Croo (Open VLD) attend les bras ouverts que les fraudeurs déclarent leur capital noir. Mais c'est le ministre de la Justice qui doit encourager les gens à le faire. Et Geens ne le fait pas. Depuis six ans qu'il est en poste, il n'a jamais dit : "Les gars, il est temps que nous fassions quelque chose". La politique anti-fraude de Geens se résume deux mots : mauvaise volonté. Dolce farniente. Et dans ce domaine, ne rien faire revient à freiner.Dans votre livre, vous êtes tout aussi dur pour Didier Reynders (MR). Au cours des douze années où il a été ministre des Finances, vous avez souligné à plusieurs reprises que "des initiatives ont été prises pour contrecarrer ou saboter la lutte efficace contre la fraude ou les abus".Reynders et ses amis libéraux - des universitaires de Liège et de Bruxelles - ont estimé que le code fiscal et les procédures, qui s'inspirent plutôt de la gauche des années 1960 et 1970, allaient trop loin. Son approche à l'époque équivalait également à lutter contre la fraude avec le frein à main. Nous l'avons clairement remarqué lorsque nous avons commencé à remporter des succès contre les constructions de sociétés de liquidités au tournant du siècle. Sous Reynders, cette lutte a été paralysée.Tous les ministres des Finances ne veulent-ils pas présenter de bons résultats en matière de fraude?J'ose en douter. En partie, c'est de la poudre aux yeux. Lorsque Johan Van Overtveldt (N-VA) a présenté ses résultats en matière de lutte contre la fraude, j'ai beaucoup ri. Ils n'étaient pas bons. Il a reproché à son prédécesseur John Crombez (SP.A) de n'avoir pas fait grand-chose, mais a ensuite fait la même chose. J'ai dit à Van Overtveldt et à Crombez : "Arrêtez de vous vanter à propos de vos chiffres, ils ne ressemblent à rien."Vous qualifiez de fiasco l'affaire contre la succursale suisse de HSBC, où des milliers de Belges avaient placé de l'argent.Pour l'ISI en tout cas. Nous avons réclamé 492 millions d'euros mais n'avons récolté que 100 millions d'euros. Heureusement, ce dossier a été sauvé par le ministère de la Justice, grâce au juge d'instruction Michel Claise. Il est parvenu à un accord avec HSBC, qui a quand même rapporté 300 millions d'euros au Trésor public.Les cabinets sont au centre du lobbying. De là, les nominations partent au sommet des administrations et des parquets. Les politiciens qui agissent sur le forum public ont la presse et l'opinion publique comme chiens de garde. Mais la couche inférieure, les cabinettards, sont moins surveillés et sont donc plus exposés à la corruption.Quels sont les derniers moyens détournés pour cacher de l'argent ?Le Luxembourg est dépassé. Le Panama ? Les journalistes sont trop derrière. La Suisse elle-même est devenue stricte. Et à Hong Kong, les communistes prennent le dessus, donc ce n'est pas si sûr. Une tendance que nous constatons depuis un certain temps est de cacher l'argent près de chez soi. Parce que de plus en plus d'informations sont échangées au niveau international. C'est peut-être mieux de le placer ici, à la banque de Sint-Martens-Bodegem, par exemple au nom d'une fondation néerlandaise, d'un club de football ou d'une asbl. Le meilleur secret bancaire est le secret bancaire national. Légalement, il n'existe pas, mais dans les faits, il existe. Les banques belges sont toujours une zone interdite au fisc. Le pouvoir judiciaire pourrait s'en charger. Mais nous revenons à Koen Geens. Et cet ancien avocat d'affaires ne le fait pas.Vous écrivez que les banques ont joué un rôle crucial dans la fraude fiscale et parlez même de "crime organisé".Comment l'appeler autrement ? La fraude fiscale est un crime, et les banques coopéraient systématiquement.Quelle banque en était l'exemple le plus clair ?Dexia. C'était clair qu'il y avait là une évasion fiscale systématique, et qui impliquait plusieurs dizaines de milliards d'euros. Mais en tant que directeur régional de l'ISI à Gand, une opération contre Dexia menée par l'ISI à Bruxelles me semblait plus appropriée.Après la crise financière, Dexia a été sauvée sur le dos du contribuable avec un dépôt de plus de 50 milliards. À ce moment-là, j'ai dit au dirigeant de l'ISI, Frank Philipsen : "C'est maintenant ou jamais". Parce que l'argent des contribuables a également permis de sauver le capital noir des fraudeurs. Mais à l'époque, l'ISI Bruxelles n'en voyait pas l'utilité, et Philipsen, lui aussi, s'en tenait à la dolce farniente.