Dimanche soir, Marc Van Ranst se trouvait à la gare de Malines lorsqu'un homme a proféré des menaces à son encontre. Le virologue a posté deux photographies de l'individu sur Twitter. "A la gare de Malines, un type s'est approché de moi car il allait 'me détruire parce que je suis un rat de gauche'. Il a fait le salut hitlérien. Pauvre homme", écrit M. Van Ranst sur le réseau social.

La police de Malines a ouvert une enquête après avoir vu le message du virologue. "Nous avons demandé les images des caméras de surveillance de la ville dans le quartier de la gare ainsi que celles de nos collègues de la police des chemins de fer", a précisé le porte-parole de la police locale.

"Nous n'avons pas encore eu de contact avec M. Van Ranst, il n'a pas encore porté plainte et ce n'est pas nécessaire pour ce genre de faits. Nous le contacterons ultérieurement pour obtenir sa version des faits."

Le parquet d'Anvers a été informé, une nécessité lorsque des images de caméras de surveillance sont demandées et conservées lors d'une enquête. "Ce genre de comportement est dégoûtant et nous ne devrions jamais l'accepter!", a condamné, sur Twitter, le bourgmestre de Malines, Alexander Vandersmissen.

Dimanche soir, Marc Van Ranst se trouvait à la gare de Malines lorsqu'un homme a proféré des menaces à son encontre. Le virologue a posté deux photographies de l'individu sur Twitter. "A la gare de Malines, un type s'est approché de moi car il allait 'me détruire parce que je suis un rat de gauche'. Il a fait le salut hitlérien. Pauvre homme", écrit M. Van Ranst sur le réseau social. La police de Malines a ouvert une enquête après avoir vu le message du virologue. "Nous avons demandé les images des caméras de surveillance de la ville dans le quartier de la gare ainsi que celles de nos collègues de la police des chemins de fer", a précisé le porte-parole de la police locale. "Nous n'avons pas encore eu de contact avec M. Van Ranst, il n'a pas encore porté plainte et ce n'est pas nécessaire pour ce genre de faits. Nous le contacterons ultérieurement pour obtenir sa version des faits." Le parquet d'Anvers a été informé, une nécessité lorsque des images de caméras de surveillance sont demandées et conservées lors d'une enquête. "Ce genre de comportement est dégoûtant et nous ne devrions jamais l'accepter!", a condamné, sur Twitter, le bourgmestre de Malines, Alexander Vandersmissen.