"'Stop the Killings' concentre son attention sur les exactions commises envers les militants des droits de l'homme et syndicalistes aux Philippines, Guatemala, Colombie et Honduras. De plus en plus de syndicalistes et activistes y disparaissent sur base d'accusations sans fondement. D'autres sont assassinés ou disparaissent à cause de leur engagement social et politique", a indiqué Wim De Ceukelaire, président de Médecine pour le Tiers Monde.

"La Journée internationale des droits de l'homme est l'occasion de nominer lors d'une cérémonie, des individus, des organisations ou des autorités qui se sont faits remarquer positivement ou négativement en ce qui concerne la situation des droits humains dans leur pays.

Cette année, le prix 'Human Right Defender' ira au National union of people lawyers, une organisation d'avocats philippins qui défend les victimes de violations des droits humains. Le prix 'Human Rights Violator', ira quant à lui au gouvernement colombien qui, malgré le processus de paix entamé avec les rebelles, continue à faire régner un climat d'impunité", a-t-il conclu.