Werner Maerevoet, président du CPAS de Temse et membre de la N-VA, déclare que son parti nommera un échevin aux affaires flamandes et à l'intégration. Ce dernier sera notamment chargé de redonner du faste au 11 juillet et de veiller à l'emploi du néerlandais dans la commune. En effet, l'ouverture d'un nouveau quartier "De Zaat" attirerait certaines personnes qui parleraient français en public.

Maerevoet a également l'intention d'ériger des statues à la gloire de "héros flamands".

Par une lettre ouverte dans le journal De Morgen, Bart Bauwelinck, conseiller communal sp.a et membre de l'opposition s'insurge contre cette politique de la N-VA : "Les échevins de la N-VA pourraient-ils se soucier des vrais problèmes des Tamisois ? L'insécurité routière, les locations trop chères, la dégradation du centre, l'incertitude relative à l'emploi, la disparition d'écoles secondaires, le manque d'aménagements pour les personnes âgées et la pauvreté croissante ? Que la N-VA locale convoque plutôt la presse pour parler de ces sujets-là. "

Selon le conseiller communal, la N-VA "exporte" les problèmes linguistiques de la périphérie bruxelloise dans l'espoir de "garder les électeurs au chaud" jusqu'en 2014.

LeVif.be

Werner Maerevoet, président du CPAS de Temse et membre de la N-VA, déclare que son parti nommera un échevin aux affaires flamandes et à l'intégration. Ce dernier sera notamment chargé de redonner du faste au 11 juillet et de veiller à l'emploi du néerlandais dans la commune. En effet, l'ouverture d'un nouveau quartier "De Zaat" attirerait certaines personnes qui parleraient français en public. Maerevoet a également l'intention d'ériger des statues à la gloire de "héros flamands".Par une lettre ouverte dans le journal De Morgen, Bart Bauwelinck, conseiller communal sp.a et membre de l'opposition s'insurge contre cette politique de la N-VA : "Les échevins de la N-VA pourraient-ils se soucier des vrais problèmes des Tamisois ? L'insécurité routière, les locations trop chères, la dégradation du centre, l'incertitude relative à l'emploi, la disparition d'écoles secondaires, le manque d'aménagements pour les personnes âgées et la pauvreté croissante ? Que la N-VA locale convoque plutôt la presse pour parler de ces sujets-là. " Selon le conseiller communal, la N-VA "exporte" les problèmes linguistiques de la périphérie bruxelloise dans l'espoir de "garder les électeurs au chaud" jusqu'en 2014. LeVif.be