Le ministre flamand du Bien-être Wouter Beke (CD&V) a annoncé mardi au parlement régional son intention d'élargir les possibilités de tests. "Les tests antigéniques ont l'avantage de ne pas devoir passer par un laboratoire. Les résultats sont donc obtenus plus rapidement."

Vendredi dernier, le gouvernement flamand a pris la décision d'acquérir les tests en question. En fonction de leur nombre et du producteur, l'exécutif prévoit un budget de 15 à 30 millions d'euros, précise le cabinet de Wouter Beke. Il s'agirait de millions de tests. La décision finale tombera vendredi.

Achat de tests de salivaires est également à l'étude

Des avis sont en outre demandés au groupe de projet Test pour clarifier les aspects opérationnels.

Le cabinet Beke ajoute que l'achat de tests de salivaires est également à l'étude, bien que ceux-ci soient moins avancés scientifiquement. Ces tests de salivaires ne sont pas non plus une solution pour désengorger les laboratoires, car ils doivent y être analysés, précise encore le cabinet.

Le ministre flamand du Bien-être Wouter Beke (CD&V) a annoncé mardi au parlement régional son intention d'élargir les possibilités de tests. "Les tests antigéniques ont l'avantage de ne pas devoir passer par un laboratoire. Les résultats sont donc obtenus plus rapidement." Vendredi dernier, le gouvernement flamand a pris la décision d'acquérir les tests en question. En fonction de leur nombre et du producteur, l'exécutif prévoit un budget de 15 à 30 millions d'euros, précise le cabinet de Wouter Beke. Il s'agirait de millions de tests. La décision finale tombera vendredi. Des avis sont en outre demandés au groupe de projet Test pour clarifier les aspects opérationnels. Le cabinet Beke ajoute que l'achat de tests de salivaires est également à l'étude, bien que ceux-ci soient moins avancés scientifiquement. Ces tests de salivaires ne sont pas non plus une solution pour désengorger les laboratoires, car ils doivent y être analysés, précise encore le cabinet.