Actuellement, les parcours destinés aux primo-arrivants durent en moyenne un an et demi. Les cours sont gratuits et conçus de manière uniforme et linéaire: la personne concernée commence par un cours sur l'orientation de la société donné dans sa langue, apprend ensuite le néerlandais et est enfin accompagnée dans la recherche d'un travail. Les cours ont lieu dans des classes et sont peu numérisés.

Désormais, les primo-arrivants devront signer une déclaration qui reprend le socle des valeurs des Lumières et une série de droits et obligations essentiels.

Il ne sera plus question d'une obligation de moyen mais d'une obligation de résultat. "Au début du parcours d'intégration, un contrat sera conclu et, à la fin, il faudra réussir un examen de citoyenneté pour recevoir une attestation d'intégration", a expliqué le ministre de la Société, Bart Somers.

Cet examen reposera sur quatre piliers: la connaissance du néerlandais, la compréhension de la société flamande, l'autonomie économique et un parrainage ou un stage auprès d'une commune, d'une association ou d'une entreprise.

Les personnes engagées dans ce parcours devront payer deux fois 90 euros. Elles devront également s'inscrire au VDAB, office régional de l'emploi.

Le cours de néerlandais pourra être combiné avec un emploi ou d'autres formations.

"Une véritable intégration ne se déroule pas dans une classe mais sur le lieu de travail et dans la vie quotidienne", a ajouté Bart Somers. "Qui plus est, tout le monde n'a pas besoin du même accompagnement. Chaque personne recevra un parcours sur mesure et un plan personnel d'intégration où l'on accordera plus d'importance à son vécu personnel, son background, ses compétences, son expérience et ses voeux pour l'avenir".

La nouvelle politique entrera en vigueur en 2022, sauf certaines mesures qui commenceront dès l'an prochain, comme l'inscription au VDAB.

Actuellement, les parcours destinés aux primo-arrivants durent en moyenne un an et demi. Les cours sont gratuits et conçus de manière uniforme et linéaire: la personne concernée commence par un cours sur l'orientation de la société donné dans sa langue, apprend ensuite le néerlandais et est enfin accompagnée dans la recherche d'un travail. Les cours ont lieu dans des classes et sont peu numérisés. Désormais, les primo-arrivants devront signer une déclaration qui reprend le socle des valeurs des Lumières et une série de droits et obligations essentiels. Il ne sera plus question d'une obligation de moyen mais d'une obligation de résultat. "Au début du parcours d'intégration, un contrat sera conclu et, à la fin, il faudra réussir un examen de citoyenneté pour recevoir une attestation d'intégration", a expliqué le ministre de la Société, Bart Somers. Cet examen reposera sur quatre piliers: la connaissance du néerlandais, la compréhension de la société flamande, l'autonomie économique et un parrainage ou un stage auprès d'une commune, d'une association ou d'une entreprise. Les personnes engagées dans ce parcours devront payer deux fois 90 euros. Elles devront également s'inscrire au VDAB, office régional de l'emploi. Le cours de néerlandais pourra être combiné avec un emploi ou d'autres formations. "Une véritable intégration ne se déroule pas dans une classe mais sur le lieu de travail et dans la vie quotidienne", a ajouté Bart Somers. "Qui plus est, tout le monde n'a pas besoin du même accompagnement. Chaque personne recevra un parcours sur mesure et un plan personnel d'intégration où l'on accordera plus d'importance à son vécu personnel, son background, ses compétences, son expérience et ses voeux pour l'avenir". La nouvelle politique entrera en vigueur en 2022, sauf certaines mesures qui commenceront dès l'an prochain, comme l'inscription au VDAB.