Celui-ci sera en effet assuré avec une semaine de décalage entre écoles francophones et flamandes. Pour la ministre Crevits, cette situation pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour certaines familles à Bruxelles.

"Je trouve particulièrement dommage d'avoir eu à l'apprendre par la presse et j'ai demandé à avoir une concertation urgente pour analyser l'impact que cela aura sur les enfants bruxellois", a commenté la ministre flamande. "Il est tout à fait possible que des familles aient un enfant inscrit dans l'enseignement francophone, et un autre dans l'enseignement néerlandophone. Pour ces enfants, les vacances ne tomberont pas en même temps", s'inquiète Mme Crevits.

Le congé de Pâques commencera en effet le 8 avril au nord du pays, mais seulement le 15 avril dans les écoles francophones.

Celui-ci sera en effet assuré avec une semaine de décalage entre écoles francophones et flamandes. Pour la ministre Crevits, cette situation pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour certaines familles à Bruxelles. "Je trouve particulièrement dommage d'avoir eu à l'apprendre par la presse et j'ai demandé à avoir une concertation urgente pour analyser l'impact que cela aura sur les enfants bruxellois", a commenté la ministre flamande. "Il est tout à fait possible que des familles aient un enfant inscrit dans l'enseignement francophone, et un autre dans l'enseignement néerlandophone. Pour ces enfants, les vacances ne tomberont pas en même temps", s'inquiète Mme Crevits. Le congé de Pâques commencera en effet le 8 avril au nord du pays, mais seulement le 15 avril dans les écoles francophones.