La Défense va développer deux quartiers militaires de nouvelle génération. L'accord politique du gouvernement fédéral prévoit de construire un de ces quartiers en Flandre orientale et l'autre dans le Hainaut. D'après les informations des quotidiens, la caserne wallonne devrait s'établir à Charleroi. Ce que le cabinet de la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), refuse néanmoins de confirmer. "En Wallonie, ce quartier du futur se situera dans une zone du Hainaut où il y a un bassin d'emplois.

La ville de Charleroi est à l'étude, mais ce n'est pas encore décidé", explique le cabinet à L'Echo. La ministre Dedonder ne confirme pas de chiffres non plus pour le Hainaut mais indique qu'"une étude de faisabilité doit encore être réalisée d'ici à deux ans, qui permettra d'évaluer précisément le coût de construction et les enjeux techniques". "Le projet de ces deux casernes du futur sera inscrit dans le cadre du plan de relance du gouvernement, et sera aussi soumis à la Commission européenne", assure-t-elle dans La Libre Belgique. Le concept de ces casernes est présenté comme révolutionnaire. Tout sera dessiné pour que ces "quartiers du futur" s'intègrent dans le tissu socio-économique local. Il s'agira de quartiers semi-ouverts d'une quinzaine d'hectares pouvant accueillir de 1.000 à 1.500 militaires, axés sur des coopérations fortes avec les acteurs de l'écosystème local, explique L'Echo. "On veut récupérer ceux qui sont sans emploi dans des villes défavorisées où il y a beaucoup de chômage. Donner à des gens qui ne sont plus aux études, mais qui n'ont pas de travail, un premier emploi, une discipline, une structure", détaille aussi dans le quotidient le général-major Goetinck, chef de la division CIS & infrastructure à l'armée.

La Défense va développer deux quartiers militaires de nouvelle génération. L'accord politique du gouvernement fédéral prévoit de construire un de ces quartiers en Flandre orientale et l'autre dans le Hainaut. D'après les informations des quotidiens, la caserne wallonne devrait s'établir à Charleroi. Ce que le cabinet de la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), refuse néanmoins de confirmer. "En Wallonie, ce quartier du futur se situera dans une zone du Hainaut où il y a un bassin d'emplois. La ville de Charleroi est à l'étude, mais ce n'est pas encore décidé", explique le cabinet à L'Echo. La ministre Dedonder ne confirme pas de chiffres non plus pour le Hainaut mais indique qu'"une étude de faisabilité doit encore être réalisée d'ici à deux ans, qui permettra d'évaluer précisément le coût de construction et les enjeux techniques". "Le projet de ces deux casernes du futur sera inscrit dans le cadre du plan de relance du gouvernement, et sera aussi soumis à la Commission européenne", assure-t-elle dans La Libre Belgique. Le concept de ces casernes est présenté comme révolutionnaire. Tout sera dessiné pour que ces "quartiers du futur" s'intègrent dans le tissu socio-économique local. Il s'agira de quartiers semi-ouverts d'une quinzaine d'hectares pouvant accueillir de 1.000 à 1.500 militaires, axés sur des coopérations fortes avec les acteurs de l'écosystème local, explique L'Echo. "On veut récupérer ceux qui sont sans emploi dans des villes défavorisées où il y a beaucoup de chômage. Donner à des gens qui ne sont plus aux études, mais qui n'ont pas de travail, un premier emploi, une discipline, une structure", détaille aussi dans le quotidient le général-major Goetinck, chef de la division CIS & infrastructure à l'armée.