Cette déconstruction des arches centrales entre dans le cadre des travaux de l'élargissement de l'Escaut. Une reconstruction, plus moderne, est prévue. Seules les tours sont médiévales et elles ne seront pas déconstruites.

La ministre Marie Christine Marghem, Tournaisienne, était présente sur place. "Parce qu'un Tournaisien vit sa ville dans les joies et dans les peines, je suis au pied de notre Pont des Trous depuis le lever du jour pour voir comment des pisse-froid institutionnels s'attaquent à un monument classé sans procédure patrimoniale préalable, sous l'oeil glauque de petits potentats locaux", a-t-elle sèchement indiqué sur son compte Facebook. La ministre regrette aussi qu'aucune pierre n'ait été numérotée et déplore le manque d'empathie envers la population.

Les arches de ce pont médiéval avaient été dynamitées par les Anglais au début de la Seconde guerre mondiale. Après la guerre, elles avaient été reconstruites et rehaussées pour s'adapter aux nouveaux types de bateau. Les tours datant du XIIIe et début du XVIe siècle sont d'origine et classées.