Ce que la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) lui reproche concrètement, c'est de faire du "gaming"'. "Mega passe très régulièrement d'une indexation mensuelle à une indexation trimestrielle, mais aussi de paramètres spot à des paramètres forward, et vice versa". Le fournisseur d'énergie liégeois modifie en permanence les paramètres de ses produits énergétiques afin d'obtenir des résultats élevés dans les comparaisons de prix. "Mega ne fait rien d'illégal avec cela, mais en appliquant cela sur une base quasi mensuelle à plusieurs de ses produits variables, ils obtiennent artificiellement de bons résultats dans les comparateurs des prix et nous pouvons au moins parler d'un manque de transparence et cela tend même à tromper délibérément le consommateur", conclut la Creg.

"Les consommateurs ont besoin de critères stables et d'une base de comparaison solide pour faire le bon choix de fournisseur d'énergie. Cependant, lorsque vous jouez avec des paramètres, c'est finalement comme comparer des pommes avec des oranges.

Mega, qui compte 370.000 clients, se dit surpris de l'avertissement public de la Creg. L'entreprise dit avoir à peine été interrogée par le régulateur. Elle dément en tout cas les allégations. "Il n'y a jamais eu de manque de transparence de notre côté", assure-t-elle. "Sur notre site, nous prévenons les consommateurs régulièrement qu'en cas de tarif variable, le prix affiché n'est pas forcément le prix facturé".

La secrétaire d'Etat à la protection des consommateurs Eva De Bleeker (Open Vld) a indiqué dans un communiqué avoir "pris note du rapport de la Creg". Elle a souligné que les comparaisons de prix ne doivent pas être manipulées. "Les consommateurs ont besoin de critères stables et d'une base de comparaison solide pour faire le bon choix de fournisseur d'énergie. Cependant, lorsque vous jouez avec des paramètres, c'est finalement comme comparer des pommes avec des oranges. De plus, si cela est fait purement et uniquement pour mieux ressortir dans les comparaisons de prix, c'est une pratique répréhensible", a souligné Mme De Bleeker. Elle a déjà chargé l'Inspection économique d'enquêter sur les pratiques de Mega.

Ce que la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) lui reproche concrètement, c'est de faire du "gaming"'. "Mega passe très régulièrement d'une indexation mensuelle à une indexation trimestrielle, mais aussi de paramètres spot à des paramètres forward, et vice versa". Le fournisseur d'énergie liégeois modifie en permanence les paramètres de ses produits énergétiques afin d'obtenir des résultats élevés dans les comparaisons de prix. "Mega ne fait rien d'illégal avec cela, mais en appliquant cela sur une base quasi mensuelle à plusieurs de ses produits variables, ils obtiennent artificiellement de bons résultats dans les comparateurs des prix et nous pouvons au moins parler d'un manque de transparence et cela tend même à tromper délibérément le consommateur", conclut la Creg. Mega, qui compte 370.000 clients, se dit surpris de l'avertissement public de la Creg. L'entreprise dit avoir à peine été interrogée par le régulateur. Elle dément en tout cas les allégations. "Il n'y a jamais eu de manque de transparence de notre côté", assure-t-elle. "Sur notre site, nous prévenons les consommateurs régulièrement qu'en cas de tarif variable, le prix affiché n'est pas forcément le prix facturé". La secrétaire d'Etat à la protection des consommateurs Eva De Bleeker (Open Vld) a indiqué dans un communiqué avoir "pris note du rapport de la Creg". Elle a souligné que les comparaisons de prix ne doivent pas être manipulées. "Les consommateurs ont besoin de critères stables et d'une base de comparaison solide pour faire le bon choix de fournisseur d'énergie. Cependant, lorsque vous jouez avec des paramètres, c'est finalement comme comparer des pommes avec des oranges. De plus, si cela est fait purement et uniquement pour mieux ressortir dans les comparaisons de prix, c'est une pratique répréhensible", a souligné Mme De Bleeker. Elle a déjà chargé l'Inspection économique d'enquêter sur les pratiques de Mega.