"On ne peut pas parler d'explosion de criminalité" dans le piétonnier, décrit Philippe Close, "mais il faut traiter le problème, on ne peut pas vouloir un grand espace public libéré mais constater que les gens n'osent pas y aller".

Parmi les responsables des nuisances, "les personnes en état d'ébriété permanente, qui ne sont plus maîtres d'elles-mêmes", reconnaît le bourgmestre. Le socialiste annonce une mesure phare: l'interdiction de consommer de l'alcool, entre minuit et six heures du matin, dans une zone pilote autour de la Bourse, sur 500 mètres. Avec amende, saisie des boissons, interpellation (pour les gens en état d'ivresse qui troublent l'ordre public) à la clé. Toutefois, les cafés pourront servir des boissons alcoolisées sur leurs terrasses, les night-shops continuer à en vendre.

Il s'agit d'un test qui pourra être étendu. Le bourgmestre espère que le règlement entrera en vigueur avant la fin de l'année, sinon, au début de l'année prochaine.