D'après les statistiques de l'Université d'Anvers, les étudiants obtiennent un score moyen de 35,9% en français en début de première année, le plus mauvais jamais enregistré. La moyenne affichait encore 54,3% en 1993 et était déjà descendue à 42,9% l'année dernière. Selon le professeur de français Alex Vanneste, ces mauvais résultats s'expliquent par l'approche de la langue dans l'enseignement secondaire. "Les élèves y apprennent principalement à parler alors que la grammaire est négligée."

D'après les statistiques de l'Université d'Anvers, les étudiants obtiennent un score moyen de 35,9% en français en début de première année, le plus mauvais jamais enregistré. La moyenne affichait encore 54,3% en 1993 et était déjà descendue à 42,9% l'année dernière. Selon le professeur de français Alex Vanneste, ces mauvais résultats s'expliquent par l'approche de la langue dans l'enseignement secondaire. "Les élèves y apprennent principalement à parler alors que la grammaire est négligée."