L'augmentation de la provision Corona

La Chambre a approuvé un ajustement du budget 2021. L'exercice augmente notamment de 575 millions d'euros la provision destinée aux dépenses de lutte contre la propagation de la Covid-19.

Le gouvernement avait déjà prévu 907 millions d'euros. Une grande partie de cet argent -516 millions d'euros- a été utilisée pour payer les vaccins et maintenir le stock stratégique de matériel de protection.

Les moyens supplémentaires seront entre autres utilisés pour fournir des fonds en plus pour les soins. L'institut scientifique Sciensano recevra des fonds supplémentaires pour des projets de recherche (24 millions) et pour le financement de centres de vaccination (80 millions). Les dépenses supplémentaires d'aide sociale et économique ont également été prises en compte. L'aide accrue aux bénéficiaires du revenu d'intégration et aux CPAS a été prolongée (144 millions et 35 millions respectivement). La SNCB et Infrabel auront probablement aussi besoin d'une aide pendant le deuxième trimestre pour compenser les pertes de revenus (98 millions et 10 millions). Des prêts sont prévus pour la société de contrôle du trafic aérien Skeyes (110 millions) et pour le sauvetage du secteur des voyages (250 millions).

L'accord de coopération sur le contrôle des quarantaine et dépistage

L'accord conclu entre le pouvoir fédéral et les entités fédérales vise à partager les données contenues dans le Passenger Locator Form (PLF) que les personnes arrivant en Belgique depuis l'étranger (sauf exceptions) doivent remplir. La dernière ratification est attendue vendredi au parlement bruxellois. Le dispositif pourrait donc être opérationnel dès le début des vacances de Pâques.

L'absence de cet accord de coopération rendait dans les faits le contrôle des obligations imposées aux voyageurs de retour d'une zone rouge très compliqué. A partir de la semaine prochaine, les autorités locales pourront par exemple contacter une personne pour savoir si elle respecte bien la quarantaine et a besoin d'aide. Les données pourront être transmises à la police le cas échéant. Pour contrôler le dépistage, les données du PLF seront automatiquement transmises à la banque de données de la police et pourront être comparées aux codes de test inutilisés. Les données seront conservées durant 14 jours.

Approbation des autotests en pharmacie

Ce texte, déposé par la majorité Vivaldi, abroge l'interdiction de mise à disposition des pharmacies agréées des tests antigéniques rapides, à la suite de l'arrêté royal en ce sens publié jeudi dernier.

Les officines seront fournies en autotests à partir du 6 avril. Les personnes bénéficiant de l'intervention majorée (BIM) ne devront payer qu'un euro. Le remboursement, dont la mise en oeuvre est prévue à partir du 12 avril, sera toutefois limité à deux fois par semaine par membre du ménage. Pour les autres, il faudra débourser entre 5 et 10 euros, le prix final n'étant pas encore connu.

Pour le moment, deux autotests ont été validés par l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), ceux développés par les firmes Roche et Biosynex, a précisé le ministre. D'autres tests devraient être confirmés le 4 avril.

Prolongation des mesures de soutien

La Chambre a approuvé jeudi en séance plénière le projet de loi qui prolonge les mesures de soutien dans le cadre de la crise sanitaire. Les mesures sont de nature fiscale et sociale. Un amendement du cdH octroyant le double droit passerelle pour les commerces ouverts uniquement sur rendez-vous a été rejeté.

L'augmentation de la provision CoronaLa Chambre a approuvé un ajustement du budget 2021. L'exercice augmente notamment de 575 millions d'euros la provision destinée aux dépenses de lutte contre la propagation de la Covid-19.Le gouvernement avait déjà prévu 907 millions d'euros. Une grande partie de cet argent -516 millions d'euros- a été utilisée pour payer les vaccins et maintenir le stock stratégique de matériel de protection. Les moyens supplémentaires seront entre autres utilisés pour fournir des fonds en plus pour les soins. L'institut scientifique Sciensano recevra des fonds supplémentaires pour des projets de recherche (24 millions) et pour le financement de centres de vaccination (80 millions). Les dépenses supplémentaires d'aide sociale et économique ont également été prises en compte. L'aide accrue aux bénéficiaires du revenu d'intégration et aux CPAS a été prolongée (144 millions et 35 millions respectivement). La SNCB et Infrabel auront probablement aussi besoin d'une aide pendant le deuxième trimestre pour compenser les pertes de revenus (98 millions et 10 millions). Des prêts sont prévus pour la société de contrôle du trafic aérien Skeyes (110 millions) et pour le sauvetage du secteur des voyages (250 millions).L'accord de coopération sur le contrôle des quarantaine et dépistage L'accord conclu entre le pouvoir fédéral et les entités fédérales vise à partager les données contenues dans le Passenger Locator Form (PLF) que les personnes arrivant en Belgique depuis l'étranger (sauf exceptions) doivent remplir. La dernière ratification est attendue vendredi au parlement bruxellois. Le dispositif pourrait donc être opérationnel dès le début des vacances de Pâques. L'absence de cet accord de coopération rendait dans les faits le contrôle des obligations imposées aux voyageurs de retour d'une zone rouge très compliqué. A partir de la semaine prochaine, les autorités locales pourront par exemple contacter une personne pour savoir si elle respecte bien la quarantaine et a besoin d'aide. Les données pourront être transmises à la police le cas échéant. Pour contrôler le dépistage, les données du PLF seront automatiquement transmises à la banque de données de la police et pourront être comparées aux codes de test inutilisés. Les données seront conservées durant 14 jours.Approbation des autotests en pharmacieCe texte, déposé par la majorité Vivaldi, abroge l'interdiction de mise à disposition des pharmacies agréées des tests antigéniques rapides, à la suite de l'arrêté royal en ce sens publié jeudi dernier.Les officines seront fournies en autotests à partir du 6 avril. Les personnes bénéficiant de l'intervention majorée (BIM) ne devront payer qu'un euro. Le remboursement, dont la mise en oeuvre est prévue à partir du 12 avril, sera toutefois limité à deux fois par semaine par membre du ménage. Pour les autres, il faudra débourser entre 5 et 10 euros, le prix final n'étant pas encore connu. Pour le moment, deux autotests ont été validés par l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé), ceux développés par les firmes Roche et Biosynex, a précisé le ministre. D'autres tests devraient être confirmés le 4 avril.Prolongation des mesures de soutienLa Chambre a approuvé jeudi en séance plénière le projet de loi qui prolonge les mesures de soutien dans le cadre de la crise sanitaire. Les mesures sont de nature fiscale et sociale. Un amendement du cdH octroyant le double droit passerelle pour les commerces ouverts uniquement sur rendez-vous a été rejeté.