"La cybersécurité est une priorité pour la Belgique", assure le Premier ministre Alexander De Croo dans La Dernière Heure mardi et annonce de ce fait 78 millions d'euros supplémentaires qui vont être investis pour se protéger des cybermenaces.

Son gouvernement a présenté en mai 2021 un plan national de cybersécurité destiné à renforcer toutes les structures de défense numérique du pays. Le Premier ministre compte de la sorte investir "plus d'un demi-milliard d'euros dans la numérisation du gouvernement fédéral". Et 100 millions supplémentaires iront aux régions pour soutenir le développement d'infrastructures cruciales telles que la fibre optique ultrarapide et la 5G. "Et nous avons prévu d'investir 78 millions d'euros supplémentaires dans la cybersécurité", ajoute le chef du gouvernement, pour qui "la sécurisation des infrastructures et des données critiques doit être au coeur de toute stratégie digitale".

Pour l'armée aussi, "la menace numéro un vient du cyber", abonde la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder. "Le cyber est l'outil d'espionnage par excellence, utilisé par les plus grands comme par d'autres. Il suffit d'un ordinateur, d'une connexion internet et d'un profil à haute valeur ajoutée", commente-t-elle. Des investissements à cet égard vont aussi être consentis. Au budget classique de recrutement viennent se greffer quelque 50 millions d'euros pour l'acquisition de matériel, le renforcement des infrastructures et la sécurisation des installations.

"La cybersécurité est une priorité pour la Belgique", assure le Premier ministre Alexander De Croo dans La Dernière Heure mardi et annonce de ce fait 78 millions d'euros supplémentaires qui vont être investis pour se protéger des cybermenaces. Son gouvernement a présenté en mai 2021 un plan national de cybersécurité destiné à renforcer toutes les structures de défense numérique du pays. Le Premier ministre compte de la sorte investir "plus d'un demi-milliard d'euros dans la numérisation du gouvernement fédéral". Et 100 millions supplémentaires iront aux régions pour soutenir le développement d'infrastructures cruciales telles que la fibre optique ultrarapide et la 5G. "Et nous avons prévu d'investir 78 millions d'euros supplémentaires dans la cybersécurité", ajoute le chef du gouvernement, pour qui "la sécurisation des infrastructures et des données critiques doit être au coeur de toute stratégie digitale". Pour l'armée aussi, "la menace numéro un vient du cyber", abonde la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder. "Le cyber est l'outil d'espionnage par excellence, utilisé par les plus grands comme par d'autres. Il suffit d'un ordinateur, d'une connexion internet et d'un profil à haute valeur ajoutée", commente-t-elle. Des investissements à cet égard vont aussi être consentis. Au budget classique de recrutement viennent se greffer quelque 50 millions d'euros pour l'acquisition de matériel, le renforcement des infrastructures et la sécurisation des installations.