La Belgique va interdire, par précaution, les vols en provenance du Royaume-Uni à partir de ce dimanche minuit pour au moins 24 heures, a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo dans l'émission De Zevende Dag sur la Eén (VRT). Cette interdiction a été décrété par crainte qu'une nouvelle souche du coronavirus détectée outre-Manche et présentée comme plus contagieuse, ne se propage sur le continent.

Les connexions ferroviaires Eurostar en provenance du Royaume-Uni sont également temporairement suspendues. Le conseil des ministres restreint a pris cette décision dimanche matin "pour laisser cette mutation du virus à l'étranger", a confirmé le vice-Premier ministre Georges Gilkinet sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche (RTL), estimant que la nouvelle souche détectée était "plus dangereuse car plus contagieuse".

La mesure sera en vigueur dans un premier temps pendant 24 heures car la réflexion scientifique sur le sujet est toujours en cours. "Nous n'avons pas de réponse concluante", a déclaré M. De Croo.

La Belgique se concerte aussi avec la France sur la question étant donné que des trains Eurostar venant du Royaume-Uni y arrivent aussi. Les voyageurs pourraient ensuite se rendre en Belgique. C'est pourquoi des contrôles préventifs seront également menés sur les routes, a précisé le Premier ministre.

"Dans 24 heures, nous évaluerons la mesure, on prend le temps de la concertation pour prendre les meilleures décisions", définitives cette fois, a justifié Georges Gilkinet.

Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, qui est de toute façon une zone rouge, seront surveillés de près pour garantir leur respect des règles de quarantaine. "Nous fournirons des informations très claires à tous les arrivants sur ce qu'on attend d'eux", a assuré M. De Croo. "Les personnes arrivées aujourd'hui (dimanche) sont contraintes à la quarantaine", a insisté M. Gilkinet.

L'OMS appelle ses membres à "renforcer leurs contrôles" en Europe

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle ses membres en Europe à "renforcer leurs contrôles" du fait de la nouvelle variante du coronavirus circulant au Royaume-Uni, a indiqué dimanche sa branche européenne à l'AFP.

Hors du territoire britannique, une poignée de cas ont été rapportés au Danemark (9), ainsi qu'un cas aux Pays-Bas et en Australie selon l'OMS, qui recommande à ses membres "d'accroître leurs (capacités de) séquençage" du virus avant d'en savoir plus sur les risques posés par la variante, a indiqué une porte-parole de l'OMS Europe.

La Commission européenne n'a pas encore répondu sur la question de savoir si une telle interdiction pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni serait recommandée pour tous les pays de l'UE. Une telle perturbation du trafic aérien et ferroviaire, si elle perdure en janvier, pourrait aggraver les problèmes de transport liés au Brexit, le Royaume-Uni quittant le 31 décembre le marché unique de l'UE, qui garantit la libre circulation à l'intérieur de ses frontières.

Une nouvelle variante était "hors de contrôle"

Le Royaume-Uni a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la propagation plus rapide de la nouvelle souche, "jusqu'à 70%" selon le Premier ministre Boris Johnson. De précédentes mutations du SARS-CoV-2 ont déjà été observées et signalées dans le monde. Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, avait indiqué samedi que cette nouvelle variante, en plus de se propager rapidement, devenait aussi la forme "dominante", ayant entraîné "une très forte hausse" des hospitalisations en décembre. Elle serait apparue mi-septembre à Londres ou dans le Kent (sud-est), selon lui.

Le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, a indiqué dimanche que la nouvelle souche de nouveau coronavirus était "hors de contrôle" pour justifier le reconfinement de Londres et d'une partie de l'Angleterre, qui pourrait, selon lui, durer jusqu'au déploiement d'un vaccin. "Malheureusement la nouvelle souche était hors de contrôle. Nous devions reprendre le contrôle, et la seule manière de le faire, est de restreindre les contacts sociaux", a déclaré Matt Hancock sur Sky News. "Ce sera très difficile de la garder sous contrôle jusqu'à ce qu'un vaccin soit déployé", a-t-il ajouté. Le gouvernement du conservateur Boris Johnson a annoncé samedi soir le reconfinement de Londres, du sud-est de l'Angleterre et d'une partie de l'est, contraignant plus de 16 millions d'habitants à rester chez eux et à renoncer aux retrouvailles de Noël. "C'est un énorme défi jusqu'à ce que nous ayons déployé le vaccin pour protéger les gens. C'est ce à quoi nous serons confrontés au cours des deux prochains mois", a prévenu Matt Hancock.

Les Pays-Bas ont eux aussi pris des mesures

Le gouvernement néerlandais a suspendu dimanche tous les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni après la découverte aux Pays-Bas d'un cas de contamination par une variante du coronavirus circulant dans une partie du territoire britannique. Cette suspension des vols prend effet dimanche à 06h00 heure locale (05h00 GMT) et sera en vigueur jusqu'au 1er janvier. "Une mutation infectieuse du virus du Covid-19 est en circulation au Royaume-Uni. On dit qu'elle se diffuse plus facilement et plus vite et qu'elle est plus difficile à détecter", a déclaré le ministère néerlandais de la Santé dans un communiqué.

Face à l'explosion des cas, le Premier ministre Mark Rutte a demandé à ses concitoyens de se couvrir le nez et la bouche "presque partout où on ne voit pas le ciel"., BELGAIMAGE
Face à l'explosion des cas, le Premier ministre Mark Rutte a demandé à ses concitoyens de se couvrir le nez et la bouche "presque partout où on ne voit pas le ciel". © BELGAIMAGE

En conséquence, le RIVM, l'organisme néerlandais responsable de la santé publique, "recommande que toute introduction de cette variante du virus venant du Royaume-Uni soit limitée autant que possible en limitant et/ou en contrôlant les mouvements de passagers en provenance du Royaume-Uni", indique le communiqué.

Le cabinet du Premier ministre néerlandais Mark Rutte a pris la "décision préventive" d'interdire les vols en provenance du Royaume-Uni, déclare le communiqué, qui ajoute que la question des autres modes de transport est toujours à l'étude.

M. Rutte a appelé les citoyens néerlandais à ne pas voyager sauf en cas d'absolue nécessité.

"Au cours des prochains jours, avec d'autres pays membres de l'Union européenne, (le gouvernement néerlandais) explorera les possilibités de limiter davantage le risque que la nouvelle souche du virus ne soit importée du Royaume-Uni", indique le communiqué du ministère de la Santé.

Les Pays-Bas s'imposent actuellement un confinement de cinq semaines jusqu'à la mi-janvier, les écoles et les commerces non essentiels étant fermés, afin de freiner un rebond du virus.

Selon le ministère de la Santé, "l'étude d'un cas aux Pays-Bas au début de décembre a révélé un virus correspondant à la variante décrite au Royaume-Uni".

Les experts néerlandais s'efforcent d'établir si d'autres contaminations sont liées à ce cas.

L'Allemagne envisage sérieusement de faire de même

L'Allemagne envisage "sérieusement" une suspension des vols en provenance du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud après la découverte d'une variante du Covid-19 dans ces pays, a indiqué dimanche à l'AFP une source gouvernementale.

"Des restrictions du trafic aérien en provenance de Grande-Bretagne et d'Afrique du Sud sont une option sérieuse" actuellement examinée par Berlin, a indiqué cette source proche du ministère de la Santé.

La Belgique va interdire, par précaution, les vols en provenance du Royaume-Uni à partir de ce dimanche minuit pour au moins 24 heures, a indiqué le Premier ministre Alexander De Croo dans l'émission De Zevende Dag sur la Eén (VRT). Cette interdiction a été décrété par crainte qu'une nouvelle souche du coronavirus détectée outre-Manche et présentée comme plus contagieuse, ne se propage sur le continent.Les connexions ferroviaires Eurostar en provenance du Royaume-Uni sont également temporairement suspendues. Le conseil des ministres restreint a pris cette décision dimanche matin "pour laisser cette mutation du virus à l'étranger", a confirmé le vice-Premier ministre Georges Gilkinet sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche (RTL), estimant que la nouvelle souche détectée était "plus dangereuse car plus contagieuse". La mesure sera en vigueur dans un premier temps pendant 24 heures car la réflexion scientifique sur le sujet est toujours en cours. "Nous n'avons pas de réponse concluante", a déclaré M. De Croo. La Belgique se concerte aussi avec la France sur la question étant donné que des trains Eurostar venant du Royaume-Uni y arrivent aussi. Les voyageurs pourraient ensuite se rendre en Belgique. C'est pourquoi des contrôles préventifs seront également menés sur les routes, a précisé le Premier ministre. "Dans 24 heures, nous évaluerons la mesure, on prend le temps de la concertation pour prendre les meilleures décisions", définitives cette fois, a justifié Georges Gilkinet. Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, qui est de toute façon une zone rouge, seront surveillés de près pour garantir leur respect des règles de quarantaine. "Nous fournirons des informations très claires à tous les arrivants sur ce qu'on attend d'eux", a assuré M. De Croo. "Les personnes arrivées aujourd'hui (dimanche) sont contraintes à la quarantaine", a insisté M. Gilkinet.L'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle ses membres en Europe à "renforcer leurs contrôles" du fait de la nouvelle variante du coronavirus circulant au Royaume-Uni, a indiqué dimanche sa branche européenne à l'AFP.Hors du territoire britannique, une poignée de cas ont été rapportés au Danemark (9), ainsi qu'un cas aux Pays-Bas et en Australie selon l'OMS, qui recommande à ses membres "d'accroître leurs (capacités de) séquençage" du virus avant d'en savoir plus sur les risques posés par la variante, a indiqué une porte-parole de l'OMS Europe.Le Royaume-Uni a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de la propagation plus rapide de la nouvelle souche, "jusqu'à 70%" selon le Premier ministre Boris Johnson. De précédentes mutations du SARS-CoV-2 ont déjà été observées et signalées dans le monde. Le conseiller scientifique du gouvernement, Patrick Vallance, avait indiqué samedi que cette nouvelle variante, en plus de se propager rapidement, devenait aussi la forme "dominante", ayant entraîné "une très forte hausse" des hospitalisations en décembre. Elle serait apparue mi-septembre à Londres ou dans le Kent (sud-est), selon lui.Le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, a indiqué dimanche que la nouvelle souche de nouveau coronavirus était "hors de contrôle" pour justifier le reconfinement de Londres et d'une partie de l'Angleterre, qui pourrait, selon lui, durer jusqu'au déploiement d'un vaccin. "Malheureusement la nouvelle souche était hors de contrôle. Nous devions reprendre le contrôle, et la seule manière de le faire, est de restreindre les contacts sociaux", a déclaré Matt Hancock sur Sky News. "Ce sera très difficile de la garder sous contrôle jusqu'à ce qu'un vaccin soit déployé", a-t-il ajouté. Le gouvernement du conservateur Boris Johnson a annoncé samedi soir le reconfinement de Londres, du sud-est de l'Angleterre et d'une partie de l'est, contraignant plus de 16 millions d'habitants à rester chez eux et à renoncer aux retrouvailles de Noël. "C'est un énorme défi jusqu'à ce que nous ayons déployé le vaccin pour protéger les gens. C'est ce à quoi nous serons confrontés au cours des deux prochains mois", a prévenu Matt Hancock. Le gouvernement néerlandais a suspendu dimanche tous les vols de passagers en provenance du Royaume-Uni après la découverte aux Pays-Bas d'un cas de contamination par une variante du coronavirus circulant dans une partie du territoire britannique. Cette suspension des vols prend effet dimanche à 06h00 heure locale (05h00 GMT) et sera en vigueur jusqu'au 1er janvier. "Une mutation infectieuse du virus du Covid-19 est en circulation au Royaume-Uni. On dit qu'elle se diffuse plus facilement et plus vite et qu'elle est plus difficile à détecter", a déclaré le ministère néerlandais de la Santé dans un communiqué.En conséquence, le RIVM, l'organisme néerlandais responsable de la santé publique, "recommande que toute introduction de cette variante du virus venant du Royaume-Uni soit limitée autant que possible en limitant et/ou en contrôlant les mouvements de passagers en provenance du Royaume-Uni", indique le communiqué.Le cabinet du Premier ministre néerlandais Mark Rutte a pris la "décision préventive" d'interdire les vols en provenance du Royaume-Uni, déclare le communiqué, qui ajoute que la question des autres modes de transport est toujours à l'étude.M. Rutte a appelé les citoyens néerlandais à ne pas voyager sauf en cas d'absolue nécessité."Au cours des prochains jours, avec d'autres pays membres de l'Union européenne, (le gouvernement néerlandais) explorera les possilibités de limiter davantage le risque que la nouvelle souche du virus ne soit importée du Royaume-Uni", indique le communiqué du ministère de la Santé. Les Pays-Bas s'imposent actuellement un confinement de cinq semaines jusqu'à la mi-janvier, les écoles et les commerces non essentiels étant fermés, afin de freiner un rebond du virus.Selon le ministère de la Santé, "l'étude d'un cas aux Pays-Bas au début de décembre a révélé un virus correspondant à la variante décrite au Royaume-Uni".Les experts néerlandais s'efforcent d'établir si d'autres contaminations sont liées à ce cas.L'Allemagne envisage "sérieusement" une suspension des vols en provenance du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud après la découverte d'une variante du Covid-19 dans ces pays, a indiqué dimanche à l'AFP une source gouvernementale."Des restrictions du trafic aérien en provenance de Grande-Bretagne et d'Afrique du Sud sont une option sérieuse" actuellement examinée par Berlin, a indiqué cette source proche du ministère de la Santé.