Quinze d'entre eux ont déjà été identifiés depuis que le gouvernement a publié une circulaire à ce sujet en août dernier, a fait savoir le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) en réponse à une question de la députée du Vlaams Belang Barbara Pas, peut-on lire vendredi dans le quotidien De Tijd.

Il s'agit de prédicateurs de haine interdits de visa en zone Schengen. L'OCAM a également identifié dans sa "joint information box", une banque de données plus large que l'organisme partage avec les forces de l'ordre, une série de personnes établies en Belgique et qui pourraient se voir attribuer prochainement l'étiquette de prédicateurs de haine. Ce qui pourrait mener ces personnes à une interdiction de visa et d'entrée sur le territoire belge.

Quinze d'entre eux ont déjà été identifiés depuis que le gouvernement a publié une circulaire à ce sujet en août dernier, a fait savoir le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) en réponse à une question de la députée du Vlaams Belang Barbara Pas, peut-on lire vendredi dans le quotidien De Tijd.Il s'agit de prédicateurs de haine interdits de visa en zone Schengen. L'OCAM a également identifié dans sa "joint information box", une banque de données plus large que l'organisme partage avec les forces de l'ordre, une série de personnes établies en Belgique et qui pourraient se voir attribuer prochainement l'étiquette de prédicateurs de haine. Ce qui pourrait mener ces personnes à une interdiction de visa et d'entrée sur le territoire belge.