Le parquet de Flandre orientale avait ouvert une enquête pénale à la suite d'un reportage de Pano diffusé le 5 septembre 2018 sur la VRT et qui montrait des groupes de discussion secrets de Schild & Vrienden dans lesquels des messages racistes, antisémites et sexistes étaient échangés.

M. Van Langenhove doit notamment répondre d'infractions à la loi sur le racisme, car il aurait incité à la discrimination ou à la haine et aurait diffusé des idées fondées sur une prétendue supériorité ou une haine raciale. Pour huit autres "membres principaux présumés de Schild & Vrienden", le parquet demande le renvoi pour des violations des lois sur le racisme et le négationnisme.

L'UGent s'est constituée partie civile, après que le centre interfédéral pour l'égalité des chances Unia a fait de même.

À la suite de cette affaire, l'université avait pris des mesures à l'encontre de Dries Van Langenhove. L'accès aux bâtiments de l'institution lui a notamment été refusé. "Il s'agissait d'une mesure nécessaire pour préserver la sérénité de la vie universitaire dans une situation où une forte polarisation menaçait de gravement perturber la vie des étudiants et de l'enseignement. Par son attitude et son comportement, il a contribué à la polarisation", avait argué l'UGent. Plus tard, des dérogations ont été créées pour lui permettre de travailler sur son mémoire en faisant des recherches à la bibliothèque, mais il n'a finalement pas terminé son master à l'UGent.

La procédure disciplinaire à l'encontre des autres membres de Schild & Vrienden a été suspendue dans l'attente des résultats de l'enquête pénale.

Dans l'affaire pénale, Dries Van Langenhove a demandé un complément d'enquête la semaine dernière, compte tenu de la décision de la juge d'instruction Annemie Serlippens de se retirer après une requête en récusation. Lundi, la chambre du conseil a reporté l'affaire dans l'attente d'une décision sur cette enquête complémentaire. Outre M. Van Langenhove, d'autres parties ont demandé un complément d'enquête, a confirmé le parquet de Flandre orientale.

Le parquet de Flandre orientale avait ouvert une enquête pénale à la suite d'un reportage de Pano diffusé le 5 septembre 2018 sur la VRT et qui montrait des groupes de discussion secrets de Schild & Vrienden dans lesquels des messages racistes, antisémites et sexistes étaient échangés. M. Van Langenhove doit notamment répondre d'infractions à la loi sur le racisme, car il aurait incité à la discrimination ou à la haine et aurait diffusé des idées fondées sur une prétendue supériorité ou une haine raciale. Pour huit autres "membres principaux présumés de Schild & Vrienden", le parquet demande le renvoi pour des violations des lois sur le racisme et le négationnisme. L'UGent s'est constituée partie civile, après que le centre interfédéral pour l'égalité des chances Unia a fait de même. À la suite de cette affaire, l'université avait pris des mesures à l'encontre de Dries Van Langenhove. L'accès aux bâtiments de l'institution lui a notamment été refusé. "Il s'agissait d'une mesure nécessaire pour préserver la sérénité de la vie universitaire dans une situation où une forte polarisation menaçait de gravement perturber la vie des étudiants et de l'enseignement. Par son attitude et son comportement, il a contribué à la polarisation", avait argué l'UGent. Plus tard, des dérogations ont été créées pour lui permettre de travailler sur son mémoire en faisant des recherches à la bibliothèque, mais il n'a finalement pas terminé son master à l'UGent. La procédure disciplinaire à l'encontre des autres membres de Schild & Vrienden a été suspendue dans l'attente des résultats de l'enquête pénale. Dans l'affaire pénale, Dries Van Langenhove a demandé un complément d'enquête la semaine dernière, compte tenu de la décision de la juge d'instruction Annemie Serlippens de se retirer après une requête en récusation. Lundi, la chambre du conseil a reporté l'affaire dans l'attente d'une décision sur cette enquête complémentaire. Outre M. Van Langenhove, d'autres parties ont demandé un complément d'enquête, a confirmé le parquet de Flandre orientale.