Depuis 2015, les soldats patrouillent dans les rues des grandes villes et dans les zones à haut risque comme l'aéroport. Sous le nom d'opération Vigilant Guardian, un maximum de 550 soldats peuvent être déployés dans les rues. À l'heure actuelle, ils sont environ au nombre de 420.
...

Depuis 2015, les soldats patrouillent dans les rues des grandes villes et dans les zones à haut risque comme l'aéroport. Sous le nom d'opération Vigilant Guardian, un maximum de 550 soldats peuvent être déployés dans les rues. À l'heure actuelle, ils sont environ au nombre de 420.Le mois dernier, le ministre de la Défense, Philippe Goffin (MR), pensait encore réduire le nombre à 200, avec une réserve de 100 soldats déployables rapidement. Cependant le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a décidé de ne rien changer et d'en discuter tous les mois au conseil des ministres. L'Open VLD souhaite qu'on s'occupe enfin d'une diminution. C'est pourquoi le député Tim Vandenput a soumis une proposition de résolution appelant le gouvernement à "mettre en oeuvre un plan de réduction systématique concret et efficace". D'ici juin, le gouvernement doit mettre fin à l'opération.Il semble que ce plan d'élimination progressive aurait déjà dû être mis en place à l'heure qu'il est. "En décembre, le ministre De Crem a déclaré qu'un plan était sur la table et que les services de sécurité compétents se consultaient. Malgré le fait que le dialogue dure depuis un certain temps et que l'état-major militaire le demande, il n'y a pas de clarté quant à son entrée en vigueur".L'Open VLD exige que l'armée puisse à nouveau se concentrer sur ses tâches principales, d'autant plus que le niveau de menace est de 2 depuis le début de 2018. Il y a des soldats actifs qui ne font que patrouiller dans les rues depuis leur nomination. Cela ne peut pas être le but". Il souligne également la pénurie imminente de personnel au ministère de la Défense.Il y a aussi des questions sur l'efficacité de l'opération, dit-il. Vandenput affirme que les militaires offrent un "faux sentiment de sécurité". "Bien que les Belges apprécient les militaires dans la rue et qu'ils y soient habitués, ils ne contribuent pas à la sécurité effective de la population." Vandenput estime que la police fédérale peut s'occuper de ces tâches. En d'autres termes : la compétence de Pieter De Crem.Le 22 janvier, le chef de la Défense Marc Compernol a lancé un appel similaire au gouvernement dans son discours du Nouvel An. "Il doit y avoir une solution pour le soutien que nous apportons à la police", a-t-il déclaré.