Lundi soir, deux individus avaient barré la route de la jeune femme, âgée de 19 ans, alors qu'elle marchait dans la rue. Ils l'avaient insultée de "sale arabe" et projetée au sol pour lui arracher son voile ainsi que son haut et son soutien-gorge, lui dénudant la poitrine. Les agresseurs avaient ensuite scarifié le torse, le ventre, les jambes et le visage de la victime à l'aide d'un objet pointu.

"Cet acte odieux n'est pas seulement une atteinte à l'intégrité d'une citoyenne de confession musulmane, mais touche l'ensemble des citoyens dans leur liberté de conscience et de religion, valeurs fondamentales de notre pays", ont souligné l'EMB et le CIB. Ces derniers se disent confiants dans le fait que la police et la Justice mettront "tout en oeuvre pour retrouver les auteurs et les condamner sévèrement".

Les deux instances appellent dès lors au calme et à ne pas répondre à la violence par la violence. Elles expriment également leur solidarité envers la victime et sa famille.

Zuhal Demir annonce un large plan anti-racisme

La secrétaire d'Etat à l'Egalité des chances, Zuhal Demir, déposera un vaste plan de lutte contre le racisme et les discriminations d'ici la fin de la législature, a-t-elle assuré jeudi en séance plénière de la Chambre.

Ce plan visera non seulement le racisme entendu dans sa forme classique mais également le racisme dont les "autochtones" peuvent être victimes de la part d'"allochtones", a-t-elle expliqué en marge de la séance, la trop faible participation au marché de l'emploi des femmes d'origine étrangère ou encore le harcèlement dont certaines sont les victimes en raison de leur habillement "trop occidental".

La secrétaire d'Etat s'est fait fort d'élaborer ce plan, en principe interfédéral, que la Belgique est en défaut de présenter depuis 17 ans. Mme Demir (N-VA) s'est exprimée en réponse à des questions sur l'agression d'une jeune femme musulmane à Anderlues. "Une agression odieuse à caractère islamophobe", a souligné Nawal Ben Hamou (PS) qui démontre selon elle le "racisme de plus en plus présent dans notre société". "Un acte crapuleux, dramatique, inacceptable", a jugé pour sa part Catherine Fonck (cdH) tandis que Muriel Gerkens (Ecolo) dénonçait auprès du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), l'absence de mesure de prévention concrète prise dans le cadre de la lutte contre la violence faite aux femmes.

M. Jambon s'est dit "dégoûté" par ce qui s'est passé à Anderlues. Devant les députés, la secrétaire d'Etat n'a pas qualifié l'agression. Interrogée dans les couloirs de la Chambre, elle l'a en revanche clairement condamnée et expliqué qu'elle avait pris contact avec Unia à ce sujet, en espérant que les faits donneraient lieu à une condamnation judiciaire. Le ton est monté entre la secrétaire d'Etat et la députée Monica De Coninck (sp.a). "Il y a des partis, des politiciens qui jouent à polariser la population, à dresser les gens les uns contre les autres", a-t-elle accusé, en visant certains nationalistes flamands.

Lundi soir, deux individus avaient barré la route de la jeune femme, âgée de 19 ans, alors qu'elle marchait dans la rue. Ils l'avaient insultée de "sale arabe" et projetée au sol pour lui arracher son voile ainsi que son haut et son soutien-gorge, lui dénudant la poitrine. Les agresseurs avaient ensuite scarifié le torse, le ventre, les jambes et le visage de la victime à l'aide d'un objet pointu. "Cet acte odieux n'est pas seulement une atteinte à l'intégrité d'une citoyenne de confession musulmane, mais touche l'ensemble des citoyens dans leur liberté de conscience et de religion, valeurs fondamentales de notre pays", ont souligné l'EMB et le CIB. Ces derniers se disent confiants dans le fait que la police et la Justice mettront "tout en oeuvre pour retrouver les auteurs et les condamner sévèrement". Les deux instances appellent dès lors au calme et à ne pas répondre à la violence par la violence. Elles expriment également leur solidarité envers la victime et sa famille.Zuhal Demir annonce un large plan anti-racismeLa secrétaire d'Etat à l'Egalité des chances, Zuhal Demir, déposera un vaste plan de lutte contre le racisme et les discriminations d'ici la fin de la législature, a-t-elle assuré jeudi en séance plénière de la Chambre.Ce plan visera non seulement le racisme entendu dans sa forme classique mais également le racisme dont les "autochtones" peuvent être victimes de la part d'"allochtones", a-t-elle expliqué en marge de la séance, la trop faible participation au marché de l'emploi des femmes d'origine étrangère ou encore le harcèlement dont certaines sont les victimes en raison de leur habillement "trop occidental". La secrétaire d'Etat s'est fait fort d'élaborer ce plan, en principe interfédéral, que la Belgique est en défaut de présenter depuis 17 ans. Mme Demir (N-VA) s'est exprimée en réponse à des questions sur l'agression d'une jeune femme musulmane à Anderlues. "Une agression odieuse à caractère islamophobe", a souligné Nawal Ben Hamou (PS) qui démontre selon elle le "racisme de plus en plus présent dans notre société". "Un acte crapuleux, dramatique, inacceptable", a jugé pour sa part Catherine Fonck (cdH) tandis que Muriel Gerkens (Ecolo) dénonçait auprès du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), l'absence de mesure de prévention concrète prise dans le cadre de la lutte contre la violence faite aux femmes. M. Jambon s'est dit "dégoûté" par ce qui s'est passé à Anderlues. Devant les députés, la secrétaire d'Etat n'a pas qualifié l'agression. Interrogée dans les couloirs de la Chambre, elle l'a en revanche clairement condamnée et expliqué qu'elle avait pris contact avec Unia à ce sujet, en espérant que les faits donneraient lieu à une condamnation judiciaire. Le ton est monté entre la secrétaire d'Etat et la députée Monica De Coninck (sp.a). "Il y a des partis, des politiciens qui jouent à polariser la population, à dresser les gens les uns contre les autres", a-t-elle accusé, en visant certains nationalistes flamands.