Il y a plusieurs jours, De Tijd et l'Echo annonçaient l'ouverture d'une information judiciaire à propos de Didier Reynders. Selon ceux-ci, un ex-agent de la Sûreté de l'Etat s'est rendu en avril dernier à la police judiciaire fédérale pour lui communiquer une série d'allégations de corruption et de blanchiment à l'encontre du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et de la Défense (MR).

Ce dernier avait aussitôt chargé son avocat de "démentir les allégations qui sont diffusées" à son encontre.

Nicolas Ullens de Schooten a travaillé à la Sûreté de l'Etat de 2007 à 2018. Lors de son audition à la police, celui-ci a fait état de versement de pots de vin à l'occasion de missions et d'achats publics. L'homme a fait référence, notamment, au déménagement de la police fédérale au Centre administratif de Bruxelles, au Kazakhgate et à une affaire relative aux fonds libyens.

Nicolas Ullens de Schooten entend empêcher que Didier Reynders soit nommé commissaire européen car il estime que cela rendra plus difficiles les devoirs d'enquête du parquet.

Selon lui, son combat est dicté par le sens de l'intérêt général et non par des considérations politiques ou personnelles.