L'avocat de la Ville de Bruxelles et de Gial (asbl bruxelloise publique, en charge de son informatique) a demandé à ce que la direction de Proximus et celle de Ricoh soient interrogées dans le cadre de l'instruction ouverte pour soupçons de corruption chez Gial, fin 2016. Une plainte avait été déposée par la Ville. "Si c'est bien de corruption dont il est question, il me paraît logique d'entendre ceux qui sont soupçonnés de corruption active", a commenté Marc Uyttendaele. Interrogée par Le Vif/L'Express, Cindy Van Nuffel, porte-parole de Ricoh, a confirmé qu'un membre de la direction a été interrogé. Proximus indique que "certains membres du personnel ont été entendus dans le cadre d'une enqu...