"La rédaction des Editions de l'Avenir observe un arrêt de travail qui aura pour conséquence la non parution du quotidien", confirment la SDR et la délégation AJP, ajoutant que "c'est la conséquence regrettable de la rupture du dialogue par la direction". Concrètement, les abonnements seront prolongés d'un jour. "Il n'est pas nécessaire de contacter notre service clientèle, le prolongement se fera automatiquement", précisent les Editions dans leur newsletter.

Ce jeudi était la date limite pour acter les départs volontaires au sein de la rédaction. "La position de la direction n'a pas évolué", regrettent la délégation AJP et la SDR. "Nous estimons avoir été trompés lors de l'assemblée générale du personnel du 5 décembre 2018: la délégation syndicale nous y a affirmé que la direction s'était montré d'accord notamment sur l'exclusion de tout licenciement forcé/contraint", relèvent le représentant des journalistes. "Or, dans la convention signée, il est indiqué que la direction se réserve le droit d'envisager des licenciements au sein de la rédaction. Si ce point avait été exposé en assemblée générale, il n'aurait jamais eu l'aval de la rédaction."

La délégation AJP et la SDR ajoutent que "contrairement à ce qu'affirme la direction, nous ne sommes pas venus avec de nouvelles revendications, mais bien avec une demande, celle d'appliquer correctement la convention journalistes signée en 2017. Ceci ne remet pas en cause la CCT signée avec les syndicats en décembre dernier." "Le non-respect de la convention des journalistes déboucherait donc sur des licenciements forcés et arbitraires", craignent la délégation AJP et la SDR. "D'autre part, nous regrettons que la direction veuille créer une fracture entre les différentes catégories de personnel." L'AJP annonce avoir communiqué jeudi après-midi une liste de quinze noms, volontaires à un départ en RCC, "à condition que soit respectée leur convention."

Les représentants de la délégation syndicale (CNE et Setca) ont été convoqués par la direction. La réunion est en cours. La SDR et la délégation AJP n'y ont pas été conviées. En décembre, le personnel et la direction des Editions de l'Avenir s'étaient accordés sur le départ de 45 équivalents temps plein, sur une base volontaire, dont 31,74 au sein de la rédaction du média.