On l'attendait depuis des mois, sans pouvoir décrocher la moindre nouvelle à son propos: il sera finalement présenté aux députés de la Commission Infrastructure au Parlement, ce mardi 30 mai, en début d'après-midi, par les experts de la DGTA (Direction générale du Transport aérien) qui l'ont mené à bien.
...

On l'attendait depuis des mois, sans pouvoir décrocher la moindre nouvelle à son propos: il sera finalement présenté aux députés de la Commission Infrastructure au Parlement, ce mardi 30 mai, en début d'après-midi, par les experts de la DGTA (Direction générale du Transport aérien) qui l'ont mené à bien.Que dit-il ? Selon le rapport, daté du 27 janvier 2017 !, que Le Vif/L'Express a pu consulter, il conclut dans les grandes lignes que Belgocontrol ne respecte pas les règles prévues dans environ un cas sur deux.Voici notamment ce qu'on peut lire dans ce rapport d'audit :Dimanche 2 octobre (matin) : "La justification de Belgocontrol se prévalant de la complexité du trafic et du facteur humain pour justifier le changement de configuration devrait être étayée par des faits objectifs." Ce qui n'a pas été fait .Dimanche 2 octobre (soirée) : "Aucun autre rapport de vent en altitude n'est mentionné pour justifier la poursuite de la déviation après 0h46 malgré l'atterrissage de 9 autres appareils avant 6h du matin. La déviation a été initiée sur base de rapports de vent et non conformément aux instructions." La procédure prévue n'a manifestement pas été suivie.Lundi 3 octobre : "Le superviseur a anticipé et effectué un changement de piste alors que la composante arrière de vent au sol était encore dans les normes. L'augmentation prévue de vent arrière pour les pistes 25 ne s'est pas matérialisée en soirée."Du lundi 3 au mardi 4 : "La configuration 01, 07L/R a été maintenue (...)" Non conformément aux instructions et à la procédure. Mercredi 5 : "En raison des dépassements de limite de vent sur la piste 01, celle-ci n'aurait pas dû être utilisée."Dimanche 9 : "Vu que les seuils n'ont pas été dépassés, la justification de Belgocontrol se prévalant de la complexité du trafic et du facteur humain pour justifier le changement de configuration devrait être étayée par des faits objectifs." Ce qui n'a pas été fait.Pour réaliser cet audit, les experts de la DGTA se sont référés à 4 instructions différentes (deux émanant du gouvernement fédéral et deux, du directeur général de la DGTA) qui ne disent pas toutes la même chose, notamment sur les limites de vent qui déterminent un changement de piste. Dans certains documents, on évoque ainsi un seuil de 7 noeuds compris de vent arrière, et dans d'autres, un seuil inférieur à 7 noeuds. Le matériel nécessaire à cette analyse a été fourni à la DGTA par Belgocontrol et par Brussels Airport Company. Toutefois, peut-on encore lire dans le rapport d'audit, "certaines données, notamment relatives à l'anémomètre 25R/19, sont manquantes".Le 13 décembre 2016, Le Vif/L'Express avait publié des informations qui évoquaient déjà la piètre collaboration offerte par Belgocontrol aux experts de la DGTA mandatés pour mener l'audit. Le 10 novembre, la DGTA s' était ainsi adressée par courrier à Belgocontrol, avec copie au ministre Bellot : "Votre refus de collaborer à l'audit suscite des doutes sérieux quant à la manière dont vous assurez votre mission de sécurité de la circulation aérienne, dès lors que l'objet de cet audit était notamment de lever ce type de doutes."Les premières données collectées par les auditeurs permettaient déjà, alors, en novembre donc, d'affirmer qu'à plusieurs reprises au début du mois d'octobre les opérations de décollage et d'atterrissage ne s'étaient pas déroulées dans le respect des principes de sélection des pistes à l'aéroport de Bruxelles National, au point de compromettre la sécurité des opérations aériennes. Le 5 octobre, deux avions avaient manqué de peu la collision...Interrogé au Parlement le 1er décembre, François Bellot avait d'ailleurs évoqué des écarts non expliqués par rapport au système préférentiel de choix des pistes, au cours de la semaine du 2 au 10 octobre. Les députés avaient alors réclamé les conclusions de l'audit. Voilà qui sera fait ce mardi après-midi. A la lecture de ce document, on comprend mieux pourquoi Belgcontrol avait initialement réclamé à la DGTA "l'élaboration de conclusions communes" à cet audit