Les dix "amis de Bernard Wesphael" signataires de cette lettre ouverte critiquent l'enquête telle qu'elle est menée par le parquet de Bruges. Des preuves n'ont pas été prises en compte, selon eux. Le parquet de Bruges a maintenu le politicien en prison à cause de "sentiments antipolitques et de l'approche des élections", indiquent-ils.

Bernard Wesphael est incarcéré depuis sept mois à la prison de Bruges. Il est soupçonné de l'assassinat de son épouse Véronique Pirotton dans un hôtel à Ostende. Le parquet de Bruges avait rapidement exclu la thèse du suicide mais les premiers rapports n'ont pas assez pris en compte la combinaison de la consommation par la victime de différents médicaments et d'une importante quantité d'alcool, selon les contre-experts mandatés par la défense.

Les dix "amis de Bernard Wesphael" signataires de cette lettre ouverte critiquent l'enquête telle qu'elle est menée par le parquet de Bruges. Des preuves n'ont pas été prises en compte, selon eux. Le parquet de Bruges a maintenu le politicien en prison à cause de "sentiments antipolitques et de l'approche des élections", indiquent-ils. Bernard Wesphael est incarcéré depuis sept mois à la prison de Bruges. Il est soupçonné de l'assassinat de son épouse Véronique Pirotton dans un hôtel à Ostende. Le parquet de Bruges avait rapidement exclu la thèse du suicide mais les premiers rapports n'ont pas assez pris en compte la combinaison de la consommation par la victime de différents médicaments et d'une importante quantité d'alcool, selon les contre-experts mandatés par la défense.