L'absence de chaîne d'info en continu en Belgique à l'origine de la création de LN24

22/10/18 à 14:37 - Mise à jour à 14:37

Source: Belga

Le constat de l'absence d'une chaîne d'information en continu en Belgique francophone est à l'origine de LN24, un nouveau média télé et en ligne dont la création a été annoncée lundi matin.

L'absence de chaîne d'info en continu en Belgique à l'origine de la création de LN24

© screenschot BFMTV

C'est ce qu'explique son futur rédacteur en chef Martin Buxant, qui conservera cependant une collaboration avec le journal L'Echo, où il officie actuellement. Les 4,5 millions d'euros levés suffiront à concrétiser le projet, assure, pour sa part, l'entrepreneur Boris Portnoy.

Le rédacteur en chef de L'Echo Joan Condijts et Martin Buxant ont annoncé leur départ du journal lundi matin. Avec l'entrepreneur Boris Portnoy, ils ont levé 4,5 millions d'euros et vont créer LN24, pour "Les News 24", la première chaîne d'information belge en continu.

Le premier cité quitte immédiatement son poste et deviendra le directeur de la rédaction et président du conseil d'administration du nouvel ensemble. Il y gérera les aspects managériaux. "LN24 constitue en quelque sorte la suite naturelle de mon parcours professionnel: après avoir dirigé L'Echo, j'avais envie d'entreprendre et de créer quelque chose de neuf", explique-t-il.

Martin Buxant prendra à sa charge la rédaction en chef et sera le "visage politique" de la chaîne. Etant au contact quotidien des investisseurs et des décideurs, il a eu l'envie de participer à un projet entrepreneurial. "On va allier l'esprit start-up et la crédibilité que Joan et moi avons acquise à L'Echo. Ce sera jeune et dynamique."

Quatre partenaires ont souscrit au capital

Quelque 4,5 millions d'euros ont été levés pour créer LN24. "C'est assez facile de trouver de l'argent pour des projets enthousiasmants comme celui-là", confie le futur rédacteur en chef. "Et on l'a trouvé auprès de gens porteurs et pas sous-capitalisés."

Outre les trois fondateurs, quatre partenaires ont en effet souscrit au capital: Belfius Insurance, Besix, Gilles Daoust (CEO de Daoust et Title Media) et Ice-Patrimonial, une société appartenant à Jean-Pierre Lutgen, CEO d'Ice Watch. Tous justifient leur décision par l'approche entrepreneuriale et les valeurs de LN24 qui les ont conquis.

"Les News 24" sera une chaîne d'information en télé, qui sera également déployée en ligne. "Si on s'était lancés dans cinq ans, peut-être n'aurions-nous eu qu'une déclinaison en ligne. Mais aujourd'hui, c'est trop tôt pour un tel choix", reconnait Martin Buxant. Des négociations sont donc en cours avec les opérateurs télécoms pour une diffusion en télévision.

L'entrepreneur Boris Portnoy, ancien patron de la société de production KNTV, qu'il a dirigée pendant trente ans, prendra la direction opérationnelle. Pour lui, ce projet est un "retour aux sources" puisque son entreprise a fourni de nombreux magazines d'actualité (mais aussi d'autres émissions TV) à des chaînes belges et françaises.

Enfin, du côté du journal L'Echo, on regrette de "perdre deux talents". "En tant que journal business, nous soutenons l'entrepreneuriat dans toutes ses formes. Même si l'esprit d'entreprendre nous rend la vie difficile de temps en temps", a ainsi réagi Frederik Delaplace, CEO de Mediafin, entreprise derrière les titres L'Echo et De Tijd.

"Nous avons un énorme atout, c'est que le journal se porte très bien, tant en ce qui concerne les lecteurs que les annonceurs. Notre crédibilité et notre impact n'ont jamais été aussi importants qu'aujourd'hui", constate-t-il.

La direction de la rédaction a déjà entamé la recherche des remplaçants de Joan Condijts et de Martin Buxant. Elle espère pouvoir présenter une nouvelle organisation rédactionnelle d'ici décembre. D'ici là, L'Echo sera dirigé par les rédacteurs-en-chef adjoints Anne-Sophie Bailly et Serge Quoidbach. "L'important, c'est la qualité des candidats. Le timing est moins important", selon Frederik Delaplace.

Le fait que l'annonce tombe à quelques mois des élections de mai 2019 ne constitue "pas le scénario idéal", concède encore le CEO de Mediafin. "L'Echo, c'est plus de 60 journalistes et nous espérons réinstaurer une organisation rédactionnelle bien avant cela."

LN24 sera disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en télévision et en ligne dans le courant 2019. Avec une collaboration privilégiée avec L'Echo? "Ce n'est pas du tout dans nos intentions", assure Frederik Delaplace.

Nos partenaires