Mise à jour automatique:
On
Off
De nieuwste eerst De oudste eerst

Les clés de la prolongation de Koen Geens

La mission royale de Koen Geens (CD&V) est donc prolongée d'une semaine, jusqu'au 17 février. C'était attendu, d'autant que son président de parti, Joachim Coens, avait estimé ce lundi matin qu'il a un "devoir" de réussite. Nous sommes donc repartis pour un tour. La mission la plus délicate sera, pour lui, de convaincre le PS à s'engager dans un dialogue approfondi avec la N-VA alors que Paul Magnette et les siens ont déjà répété à des nombreuses reprises qu'ils ne voulaient pas monter dans un gouvernement avec les nationalistes. Si cela s'avère impossible, Koen Geens pourrait se tourner vers l'autre formule évoquée depuis des mois, la Vivaldi sans la N-VA, mais son parti n'y est pas du tout désireux de monter dans une telle majorité fédérale sans majorité dans le groupe linguistique néerlandophone. La quadrature du cercle demeure donc, en apparence. Et l'horloge tourne. Rappelons que Bart De Wever, président de la N-VA, avait évoqué des élections anticipées si rien ne bouge d'ici mai.

Koens Geens prolongé

Sa Majesté le Roi a reçu Monsieur Koen Geens en audience au Palais de Bruxelles. Il a fait un rapport intermédiaire au Roi. Il fera à nouveau rapport le 17 février.

La mission royale en pleine tempête

Les premières images de l'arrivée de Koens Geens au palais en pleine tempête ressemblent en effet à une allégorie du pays.

Le CD&V reste déterminé

Chacun met la pression sur l'autre pour qu'il cède et pour éviter des élections. Ce lundi matin, Joachim Coens, président du CD&V, affirmait qu'il s'agissait d'un édevoir" de réussite. Cela dit, le parti du missionnaire royal a été critiqué la semaien dernière pour avoir "réduit" le mandat de Koens Geens à l'option PS - N-VA, en écartant l'option d'une coalition dans les nationalistes flamands. Cette piste resurgira-t-elle si Koen Geens échoue?

En toile de fond, la guerre des chiffres

Ces derniers jours, on a assisté à une violente guerre des chiffres entre les anciens coalisés de la suédoises (N-VA et MR en tête) et la gauche francophone (PS et Ecolo en tête) sur la resposnabiltié du déficit fédéral, qui s'éleverait à 12 milliards. Pour les uns, c'est l'absence de gouvernement que l'on doit pointer du doigt; pour les autres le non-financement du tax-shift qui en est la cause. Paul Magnette, président du PS, n'était pas le plus dur à ce sujet: il réclame un audit avant toute négociation fédérale. Cvaincre le PS, disait-on.

Il reste... à convaincre le PS

Si la mission royale de Koen Geens était prolongée, et si son axe principal restait le dialogue PS - N-VA, ce qui semble le plus probable pour l'instant, il restera un obstacle de taille pour espérer franchir une étape dans la formation d'un gouvernement fédéral: convaincre le PS. Ce week-end encore, un coup de sonde du Soir dans les coulisses socialistes était édifiant: "personne n'a dit que l'on devrait y aller avec la N-VA". Certaines personnes consultées excluent même tout revirement à ce sujet.

Koen Geens et le silence

Le missionnaire royal avait publié ce lundi matin une chanson en guise de message prudent: "Le silence est d'or". Un humour inspoupçonné, qui fait suite à un concours lancé en Flandre pour proposer des chansons à Koens Geens. Depuis qu'il est entré en mission, le vice-Premier CD&V multiplie par ailleurs les messages laissant entendre qu'il est conscient du caractère solennel de sa tâche et montrant à demi-mots ses ambitions.

Contre la "suffisance morale" d'Ecolo

Ce week-end, les écologistes francophones ont donc multiplié les sorties en faveur d'un "plan B pour la Belgique". Invité de RTL-TVI dimanche, l'éditorialiste flamand Jan Segers a souligné combien "la suffisance morale" d'Ecolo irritait parfois au nord du pays. Pas sûr, dès lors, qu'en plaidant pour une majorité sans la N-VA on fasse tout pour qu'elle advienne.

La Diable rouge, avant la Vivaldi

Koen Geens devrait voir sa mission prolongée, sans doute d'une semaine, pour "aller au fond des choses". Il privilégie toujours une majorité fédérale avec une majorité dans le groupe néerlandophone, et donc avec la N-VA. La "Diable rouge" réunirait N-VA, PS, MR, CD&V et SP.A. Du côté francophone, on pense toujours que cela est voué à l'échec et que, in fine, on s'orientera vers la Vivaldi (socialistes, libéraux, écologistes, CD&V). Dans sa chronique hebdomadaire au "Morgen", le politologue gantois Carl Devos analyse combien cette différence d'attente illustre le gouffre croissant entre Nord et Sud.

Koen Geens au palais

Le missionnaire est arrivé pour faire rapport au roi Philippe.

L'Open VLD concentré sur ses élections internes

Les libéraux flamands sont divisés et la procédure d'élections interne pour la présidence a été officialisée ce lundi matin. Les candidats à la tête du parti sont Bart Tommelein, Els Ampe, Egbert Lachaert et Stefaan Nuytten. Cela pèsera sur la négociation en cours.

En Flandre, on ne croit pas à la Vivaldi

Pour revenir à la coalition Vivaldi, privilégiée par les verts comme un plan B pour la Belgique, on n'y croit guère en Flandre. L'Open VLD, en pleine campagne pour l'élection de son nouveau président en mars, est divisé sur la question. Et même le SP.A n'est pas forcément partant. L'idée est toujours la même: en Flandre, on refuse une majorité fédérale sans majorité dans le groupe néerlandophone. Koen Geens, donc, privilégie toujours l'option d'une majorité fédérale avec majorité en Flandre.

Sophie Wilmès reçue au palais

Tiens... comme ce fut le cas avant le dernier prolongement d'une semaine du duo Bouchez-Coens, la Première ministre MR Sophie Wilmès a été reçue au palais ce lundi matin. Un signe? Rappelons toutefois que le colloque singulier entre le Seize et le palais est régulier.

Ecolo - Groen: "Un plan B comme Belgique"

Plutôt qu'un scrutin anticipé, les verts privilégient toujours l'option d'une coalition sans la N-VA, sous la forme d'une Vivaldi (socialistes, libéraux, écologistes, CD&V) Elle associerait des partis qui croient en l'avenir du pays, avec ce slogan: "un plan B comme Belgique".

Ecolo et les élections: pas un souhait, mais...

Jean-Marc Nollet, coprésident d'Ecolo, a multiplié les sorties médiatiques ce week-end. Pour sa part, il ne souhaite pas des élections, mais se dit prêt au cas où...

DéFi ne veut pas d'élections anticipées

Depuis la fin de la mission d'information royale du duo Coens-Bouchez, la perspective d'élections anticipées était évoquée ça et là en cas de blocage persistant. Les partis se comportent depuis avec une fébrilité qui confirme cette hypothèse, surtout si Koen Geens échoue. Pour cela, la Chambre devrait voter sa dissolution. Dans un entretien au Vif.be, ce week-end, la députée fédérale DéFi disait que son parti ne le voterait pas.

Georges-Louis Bouchez et le vent

Difficile de résister à cette autre blague sur le président du MR alors que la tempête déferle encore sur le pays.

Quand Jésus fait rire

La sortie de Georges-Louis Bouchez affirmant que "même Jésus" n'aurait pas réussi à marier PS et N-VA a beaucoup amusé les observateurs de la politique. Plus sérieusement, la personnalité clivante du nouveau leader libéral francophone et sa rivalité avec Paul Magnette (PS) n'étaient pas de nature à faciliter une telle dynamique. Koen Geens, qui avance dans la discrétion, pourra-t-il réussir là où tous les missionnaires précents ont échoué?

Marier PS et N-VA? Même Jésus...

Une alliance entre PS et N-VA resterait pour l'instant l'option privilégiée par le missionnaire royal et, surtout, par son parti. Ce pourrait être la coalition"Diable rouge": N-VA, PS, MR, CD&V, SP.A. Ce week-end, dans plusieurs interviews, Georges-Louis Bouchez, président du MR et ex-informateur, a rappelé qu'il avait tout tenté - en vain.. - pour que les deux s'engagent à former une coalition. Il a beaucoup fait parler de lui- une fois encore - en lançant: "Même si Jésus avait été informateur, cela n'aurait rien changé si quelqu'un avait envie de dire 'non'".

Le CD&V soutient la piste avec la N-VA

La mission de Koen Geens devrait être prolongée par le roi et son parti, le CD&V, soutient cette décision. Il s'agit encore et toujours de trouver une façon de nouer un dialogue entre les deux principaux parti de chaque communauté, la N-VA et le PS. "Ce qui compte pour nous ce sont les liens entre le gouvernement flamand et le gouvernement fédéral" a encore rappelé ce matin Joachim Coens, président du CD&V. D'où sa volonté de Joachim Coens d'avoir impérativement le parti nationaliste flamand à la table des négociations. "Si la mission de Koen Geens est prolongée par le Roi ce lundi midi, a-t-il ajotué, c'est qu'il y a de l'espoir pour une telle coalition ce qui est important pour nous." Même si le scepticisme demeure chez les analystes.

Koen Geens "Le silence est d'or"

Le missionnaire royal CD&V est attendu au palais à midi pour faire rapport de l'état de ses travaux. Sauf grosse surprise, il devrait voir sa mission prolongée d'une semaine pour tenter de mettre - enfin... - un processu de formation gouvernemental sur les rails. L'homme a de l'humour. En Flandre, une radio a proposé à ses auditeurs de conseiller des chansons à Koen Geens. Le principal intéressé y a lui-même participé en proposant... "Silence is gold" ("Le silence est d'or")