"Ceux qui me connaissant savent que je vais assez loin dans le droit à l'autodétermination", déclare Christophe Lemmens, avocat chez Dewallens & Partners, professeur invité à l'Université d'Anvers et membre de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. "J'ai même déjà été critiqué parce que je défends le droit de disposer de son corps." Pourtant, Lemmens est partisan d'une vaccination obligatoire contre le coronavirus.
...

"Ceux qui me connaissant savent que je vais assez loin dans le droit à l'autodétermination", déclare Christophe Lemmens, avocat chez Dewallens & Partners, professeur invité à l'Université d'Anvers et membre de la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie. "J'ai même déjà été critiqué parce que je défends le droit de disposer de son corps." Pourtant, Lemmens est partisan d'une vaccination obligatoire contre le coronavirus. Le gouvernement a décidé ne pas rendre le vaccin obligatoire. Pourquoi est-ce un problème ? Christophe Lemmens: Nous vivons une situation particulière où il n'y a pas que les intérêts de l'individu, mais ceux de toute la société. Quelle crise attendons-nous pour imposer une vaccination ? On espère que 70% de la population se fasse vacciner volontairement. N'est-ce pas réalisable ? Je n'exclus pas que la population y soit disposée, mais je lis aussi des informations sur des chiffres fluctuants, même auprès de généralistes. Le respect des mesures coronavirus montre que tout le monde n'est pas responsable. Regardez les lockdown parties. Tant que ces 70% ne sont pas atteints, rien ne change à la situation d'aujourd'hui. Elle reste donc dangereuse, et les mesures contre le coronavirus continueront à s'appliquer d'une manière ou d'une autre. A-t-on le droit de rendre la vaccination obligatoire ? La vaccination contre la polio est obligatoire aussi. Le non-respect entraîne des sanctions et des amendes. Récemment, j'ai vu des parents condamnés par le tribunal correctionnel parce qu'ils ne vaccinaient pas leur enfant. Au niveau juridique et éthique, il est très simple d'imposer la vaccination contre le Covid. Une sanction ne permet pas de forcer les gens à se faire vacciner. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Il est vrai qu'une très petite partie de la population refuse la vaccination contre la polio - il s'agit d'1%. On ne peut faire vacciner ces gens manu militari. Cependant, la majorité se fait vacciner, en vertu d'un Arrêté royal de 1966. En imposant une sanction pénale, vous allez plus rapidement retomber sous la marge des 30% de personnes non vaccinées. D'après certains, les gens seront enclins à se faire vacciner parce que les festivals ou les employeurs demanderont une attestation. En évitant le débat sur la vaccination obligatoire, on ouvre la porte aux discussions dérivées, tels que la présentation d'attestations et les conséquences pour la vie privée. Il est possible que les employeurs interdisent l'accès au lieu de travail aux employés non vaccinés. On peut imaginer aussi que les festivals comme Tomorrowland demandent aux visiteurs de présenter un certificat de vaccination. Cependant, une obligation permet d'éviter toutes ces questions. Si le taux de vaccination atteint les 70%, on part du principe que ce n'est pas très grave si des personnes non vaccinées circulent.