Vétérinaires sans frontières a disposé un stand devant le Manneken Pis pour informer et sensibiliser les passants à l'importance du lait en Afrique. L'eau de la fontaine a été changée en lait. La statuette a été habillée d'une veste bleue et coiffée d'un turban blanc, tenue typique des Peuls, qui sont des pasteurs de la région sahélo-saharienne. Un stand a également été mis en place par la coopérative Faircoop pour distribuer un verre de lait aux passants.

"Un milliard de gens vivent de l'élevage en Afrique, explique Josti Gadeyne, porte-parole de Vétérinaires sans frontières. Il est donc important de soutenir les petits agriculteurs et éleveurs pour améliorer leurs conditions de vie." Au niveau mondial, moins d'1% du budget officiel de la coopération au développement est consacré à l'élevage.

Le lait joue un rôle essentiel dans la lutte contre la famine. Une vache belge produit environ 30 litres de lait par jour. En comparaison, une vache africaine donne deux à trois litres, voire moins d'un litre en saison sèche. Un phénomène qui est notamment dû au manque d'eau et de nourriture.

Vétérinaires sans frontières a disposé un stand devant le Manneken Pis pour informer et sensibiliser les passants à l'importance du lait en Afrique. L'eau de la fontaine a été changée en lait. La statuette a été habillée d'une veste bleue et coiffée d'un turban blanc, tenue typique des Peuls, qui sont des pasteurs de la région sahélo-saharienne. Un stand a également été mis en place par la coopérative Faircoop pour distribuer un verre de lait aux passants. "Un milliard de gens vivent de l'élevage en Afrique, explique Josti Gadeyne, porte-parole de Vétérinaires sans frontières. Il est donc important de soutenir les petits agriculteurs et éleveurs pour améliorer leurs conditions de vie." Au niveau mondial, moins d'1% du budget officiel de la coopération au développement est consacré à l'élevage. Le lait joue un rôle essentiel dans la lutte contre la famine. Une vache belge produit environ 30 litres de lait par jour. En comparaison, une vache africaine donne deux à trois litres, voire moins d'un litre en saison sèche. Un phénomène qui est notamment dû au manque d'eau et de nourriture.