Dans le cadre de la recherche d'un nouveau gouvernement fédéral, le roi Philippe a confié mercredi dernier une mission au président de la Chambre, Patrick Dewael (Open Vld), et à la présidente du Sénat, Sabine Laruelle (MR). Ils doivent "établir les contacts politiques nécessaires en vue de former un gouvernement de plein exercice".

Dewael et Laruelle ont déclaré vouloir travailler discrètement, et les observateurs disent qu'ils doivent apaiser les esprits après les vetos et les rejets.

La mission de l'ancien chargé de mission royal Koen Geens (CD&V) a pris fin après que le président du PS, Magnette, ait une nouvelle fois rejeté la piste d'un gouvernement avec la N-VA. Le CD&V, qui se dirige vers un gouvernement à majorité flamande et donc avec la N-VA, a réagi avec beaucoup d'agacement à ce rejet. Les chrétiens-démocrates flamands, à leur tour, sont prêts à une "coalition Vivaldi" (avec les socialistes, les libéraux verts et les chrétiens-démocrates, mais sans la N-VA).

Le président de CD&V, Coens, a déclaré que les présidents parlementaires Dewael et Laruelle avaient eu des contacts cette semaine. Il a lui-même déjà eu une conversation avec eux, a-t-il dit sur Radio 1.

Le CD&V reste disponible pour négocier, mais continue également à plaider pour une majorité de chaque côté de la frontière linguistique, a déclaré Coens. Le président du CD&V souhaite une fiscalité plus équitable, maintenant qu'il s'avère que des milliards de dollars continuent d'affluer de la Belgique vers les paradis fiscaux. Coens veut voir quelles recommandations de la commission parlementaire autour des PanamaPapers peuvent encore être mises en oeuvre.

Belga

Dans le cadre de la recherche d'un nouveau gouvernement fédéral, le roi Philippe a confié mercredi dernier une mission au président de la Chambre, Patrick Dewael (Open Vld), et à la présidente du Sénat, Sabine Laruelle (MR). Ils doivent "établir les contacts politiques nécessaires en vue de former un gouvernement de plein exercice".Dewael et Laruelle ont déclaré vouloir travailler discrètement, et les observateurs disent qu'ils doivent apaiser les esprits après les vetos et les rejets.La mission de l'ancien chargé de mission royal Koen Geens (CD&V) a pris fin après que le président du PS, Magnette, ait une nouvelle fois rejeté la piste d'un gouvernement avec la N-VA. Le CD&V, qui se dirige vers un gouvernement à majorité flamande et donc avec la N-VA, a réagi avec beaucoup d'agacement à ce rejet. Les chrétiens-démocrates flamands, à leur tour, sont prêts à une "coalition Vivaldi" (avec les socialistes, les libéraux verts et les chrétiens-démocrates, mais sans la N-VA).Le président de CD&V, Coens, a déclaré que les présidents parlementaires Dewael et Laruelle avaient eu des contacts cette semaine. Il a lui-même déjà eu une conversation avec eux, a-t-il dit sur Radio 1.Le CD&V reste disponible pour négocier, mais continue également à plaider pour une majorité de chaque côté de la frontière linguistique, a déclaré Coens. Le président du CD&V souhaite une fiscalité plus équitable, maintenant qu'il s'avère que des milliards de dollars continuent d'affluer de la Belgique vers les paradis fiscaux. Coens veut voir quelles recommandations de la commission parlementaire autour des PanamaPapers peuvent encore être mises en oeuvre.Belga