Lors de la diffusion de l'hommage aux médaillés olympiques de retour samedi après-midi via la chaîne Facebook Live de Sporza, le journaliste sportif Eddy Demarez a dénigré les BelgianCats, faisant notamment des allusions à leur orientation sexuelle, et à leur morphologie. Dans l'extrait, il cite le nom de plusieurs joueuses.

"La chaîne vidéo est restée ouverte et même si Eddy était hors de vue, le commentaire inapproprié a été clairement entendu. Sporza et la VRT se distancient de cet état de fait", indique la VRT dans une réaction.

"Irrespectueux, douloureux et dégradant. Ravi de rentrer à la maison comme ça. Je vais juste vomir maintenant", a répondu la joueuse Hanne Mestdagh sur Twitter. Sa soeur Kim Mestdagh a tweeté l'émoticône d'un garçon vomissant, avec @sporza écrit ensuite.

L'agence d'Ann Wauters, l'une des basketteuses, a réagi aux propos du journaliste. Le post sur Facebook est signé par les responsables de l'agence de marketing sportif Max Agency, Julie Rumes et Lot Wielfaert, la compagne de l'intérieure flandrienne qui ne veulent pas se contenter d'excuses.

Dommages humains incommensurables

"En tant que bureau de gestion de nombreux athlètes professionnels en basket et en volley, c'est avec consternation, une profonde déception et une indéniable colère que nous avons pris connaissance de l'extrait audio dans lequel certaines de nos joueuses qui font partie des Belgian Cats, ont été, de façon non appropriée et gratuitement, insultées et humiliées par des personnes censées simplement commenter leurs exploits sportifs. En injuriant ouvertement et honteusement des sportives de haut niveau sur base de critères totalement hors de propos en la matière, les personnes concernées ont porté atteinte aux performances extraordinaires de ces athlètes", écrivent les responsables de l'agence. "Il est écoeurant de voir que des dommages humains incommensurables peuvent encore être infligés aujourd'hui à des joueuses et à leurs proches, à l'heure où les médias parlent de l'importance d'améliorer le bien-être mental des athlètes et le respect envers eux".

Dégoûtant et du plus bas niveau

Justine Vanhaevermaet, membre de l'équipe de football nationale féminine, les Red Flames, a pris la défense des Belgian Cats dans une lettre ouverte où elle se dit "profondément choquée". "Ce qui vient d'être publié par les rédacteurs de Sporza est dégoûtant et du plus bas niveau. On parle de l'orientation sexuelle des Cats et certaines joueuses sont attaquées personnellement. (...) Une fois de plus, cela montre ce à quoi nous, les femmes sportives (de haut niveau), devons faire face régulièrement. Toutes, nous avons eu à subir des préjugés et des remarques désobligeantes des centaines de fois."

Le COIB prend acte

"Le COIB a pris acte des déclarations faites par le présentateur durant le livestream de l'événement du retour des athlètes hier. Ces déclarations ne sont très clairement pas en phase avec les valeurs du COIB, du Team Belgium et du Mouvement olympique", a commenté le Comité Olympique et Interfédéral belge dans un bref communiqué dimanche.

"Chaque joueuse des Belgian Cats, tout comme chaque Olympien, est un membre précieux et à part entière du Team Belgium. Le Team Belgium est synonyme d'Excellence, Amitié et Respect", conclut le communiqué du COIB.

"Pas de place pour les déclarations homophobes et offensantes"

"Les déclarations homophobes et offensantes n'ont pas leur place sur les réseaux sociaux, dans les cafés ou à la télévision. Nulle part. Le plus grand respect pour les Belgian Cats et pour leur performance olympique" s'est exprimé dimanche sur Twitter le ministre flamand des médias Benjamin Dalle (CD&V).

Le ministre condamne les faits qui sont "inacceptables" et se montre satisfait des mesures immédiatement prises par la VRT (le service publique flamand). Comme l'a exprimé la porte-parole du ministre, la VRT va décider en interne des suites à donner à cette affaire.

Leçons nécessaires

Le journaliste a présenté ses excuses. "Dans l'euphorie qui a suivi l'hommage aux médaillés de retour au pays, j'ai fait des déclarations lors d'une conversation privée loin du studio qui outrepassé les limites. Je n'ai jamais eu l'intention d'offenser qui que ce soit en raison de son sexe ou de son orientation. Il est doublement regrettable que ces déclarations arrivent après des Jeux qui ont été très réussis pour la Team Belgium et pour Sporza. Je tiens donc à m'excuser sincèrement auprès des Belgian Cats ainsi que de tous ceux qui se sentent offensés, interpellés ou dénigrés par mes propos. J'ai demandé aux Cats de pouvoir leur envoyer personnellement mes excuses. J'en tirerai les leçons nécessaires et veillerai à ce que cela ne se reproduise plus à l'avenir", a déclaré Eddy Demarez.

La direction de la VRT prend cette affaire très au sérieux. "Cela va totalement à l'encontre de la politique positive que la VRT veut poursuivre. La VRT entamera des discussions avec Eddy et en attendant, il ne commentera plus les programmes. De telles déclarations ne peuvent être tolérées."

La VRT a décidé de suspendre le journaliste, qui ne sera plus actif au sein de la chaîne pour une durée qui n'a pas été précisée. La mesure a été annoncée par l'administrateur délégué de la VRT Frederik Delaplace dans un courriel interne aux collaborateurs.

L'information a ensuite été confirmée par la chaîne. Frederik Delaplace aurait également qualifié de "particulièrement déplorable" le fait que le travail effectué par Sporza (le label des émissions sportives de la VRT, NDLR) durant les Jeux Olympiques ces dernières semaines "soit maintenant remis en question par une série de déclarations inacceptables faites par un membre du personnel".

Basketball Belgium et les Belgian Cats demandent la démission d'Eddy Demarez

Basketball Belgium, la fédération belge de basket, et les Belgian Cats, l'équipe nationale féminine, ont réagi dimanche après les déclarations du journaliste de Sporza Eddy Demarez samedi. "Nous demandons instamment que M. Demarez démissionne de ses fonctions de journaliste et, s'il refuse, que la VRT résilie son contrat de travail", pouvait-on lire dans un communiqué conjoint.

"Les déclarations de M. Demarez au sujet de nos athlètes olympiques sont inacceptables. Celles-ci sont non seulement très offensantes pour les Belgian Cats mais aussi pour un public beaucoup plus large. Ses propos touchent tous ceux qui font l'objet de discrimination, non seulement dans le sport, mais aussi au-delà."

"Basketball Belgium et les Belgian Cats se posent la question de savoir si une personne qui exprime de telles opinions peut encore fonctionner de manière crédible en tant qualité de présentateur et représentant de notre opérateur. Nous sommes convaincus que la réponse est non, et nous demandons donc instamment que M. Demarez démissionne de ses fonctions de journaliste et, s'il refuse, que la VRT résilie son contrat de travail", a ajouté le communiqué.

Les Cats ont refusé des excuses par vidéoconférence, estimant "ne pas vouloir perdre ce temps avec M. Demarez" et ayant l'impression "que cela ne suffira pas" et qu'elles ne pouvaient "pas s'en satisfaire". Malgré tout, l'équipe nationale, médaillée de bronze au dernier Euro et éliminée en quarts de finale des JO, souhaite "collaborer encore plus avec VRT/Sporza pour un changement de mentalité concernant l'égalité et la discrimination dans le sport".

Les Cats, rentrées samedi en Belgique "vidées physiquement mais surtout mentalement", se sont exprimées via Emma Meesseman, figure de proue sportive mais aussi porte-parole de l'équipe. "Les paroles irrespectueuses et blessantes de M. Demarez ont été un coup dur que nous ne pouvons tout simplement pas accepter et qui marqueront encore longtemps l'apogée de notre carrière. Heureusement, nous sommes fortes ensemble en tant qu'équipe et avec nos supporters. C'est l'un des nombreux exemples pour lesquels nous continuerons à nous engager en faveur de l'égalité. La nouvelle génération arrive, avec les bonnes valeurs et avec le respect pour chacun", a déclaré la Flandrienne.

Koen Umans, directeur général des Cats, estime que l'équipe est malgré tout "au-dessus de ces déclarations". "Elles font mal mais elles nous donnent la force de nous consacrer encore plus à l'égalité des chances dans tous les domaines. Les Cats prendront l'initiative de se saisir de cette thématique dans l'année à venir et de se présenter comme des figures de proue au niveau local, national et international."

Lors de la diffusion de la réception des médaillés olympiques et d'une partie de la délégation belge de retour de Tokyo samedi après-midi via la chaîne Facebook Live de Sporza, le journaliste sportif Eddy Demarez s'est laissé aller à des commentaires insultants envers les Belgian Cats.

Dimanche, la VRT a suspendu son journaliste, qui ne sera plus actif au sein de la chaîne pour une durée qui n'a pas été précisée. La mesure a été annoncée par l'administrateur délégué de la VRT Frederik Delaplace dans un courriel interne aux collaborateurs. L'information a ensuite été confirmée par la chaîne.

Avec Belga

Lors de la diffusion de l'hommage aux médaillés olympiques de retour samedi après-midi via la chaîne Facebook Live de Sporza, le journaliste sportif Eddy Demarez a dénigré les BelgianCats, faisant notamment des allusions à leur orientation sexuelle, et à leur morphologie. Dans l'extrait, il cite le nom de plusieurs joueuses."La chaîne vidéo est restée ouverte et même si Eddy était hors de vue, le commentaire inapproprié a été clairement entendu. Sporza et la VRT se distancient de cet état de fait", indique la VRT dans une réaction. "Irrespectueux, douloureux et dégradant. Ravi de rentrer à la maison comme ça. Je vais juste vomir maintenant", a répondu la joueuse Hanne Mestdagh sur Twitter. Sa soeur Kim Mestdagh a tweeté l'émoticône d'un garçon vomissant, avec @sporza écrit ensuite. L'agence d'Ann Wauters, l'une des basketteuses, a réagi aux propos du journaliste. Le post sur Facebook est signé par les responsables de l'agence de marketing sportif Max Agency, Julie Rumes et Lot Wielfaert, la compagne de l'intérieure flandrienne qui ne veulent pas se contenter d'excuses.Dommages humains incommensurables"En tant que bureau de gestion de nombreux athlètes professionnels en basket et en volley, c'est avec consternation, une profonde déception et une indéniable colère que nous avons pris connaissance de l'extrait audio dans lequel certaines de nos joueuses qui font partie des Belgian Cats, ont été, de façon non appropriée et gratuitement, insultées et humiliées par des personnes censées simplement commenter leurs exploits sportifs. En injuriant ouvertement et honteusement des sportives de haut niveau sur base de critères totalement hors de propos en la matière, les personnes concernées ont porté atteinte aux performances extraordinaires de ces athlètes", écrivent les responsables de l'agence. "Il est écoeurant de voir que des dommages humains incommensurables peuvent encore être infligés aujourd'hui à des joueuses et à leurs proches, à l'heure où les médias parlent de l'importance d'améliorer le bien-être mental des athlètes et le respect envers eux". Dégoûtant et du plus bas niveauJustine Vanhaevermaet, membre de l'équipe de football nationale féminine, les Red Flames, a pris la défense des Belgian Cats dans une lettre ouverte où elle se dit "profondément choquée". "Ce qui vient d'être publié par les rédacteurs de Sporza est dégoûtant et du plus bas niveau. On parle de l'orientation sexuelle des Cats et certaines joueuses sont attaquées personnellement. (...) Une fois de plus, cela montre ce à quoi nous, les femmes sportives (de haut niveau), devons faire face régulièrement. Toutes, nous avons eu à subir des préjugés et des remarques désobligeantes des centaines de fois."Le COIB prend acte"Le COIB a pris acte des déclarations faites par le présentateur durant le livestream de l'événement du retour des athlètes hier. Ces déclarations ne sont très clairement pas en phase avec les valeurs du COIB, du Team Belgium et du Mouvement olympique", a commenté le Comité Olympique et Interfédéral belge dans un bref communiqué dimanche."Chaque joueuse des Belgian Cats, tout comme chaque Olympien, est un membre précieux et à part entière du Team Belgium. Le Team Belgium est synonyme d'Excellence, Amitié et Respect", conclut le communiqué du COIB."Pas de place pour les déclarations homophobes et offensantes" "Les déclarations homophobes et offensantes n'ont pas leur place sur les réseaux sociaux, dans les cafés ou à la télévision. Nulle part. Le plus grand respect pour les Belgian Cats et pour leur performance olympique" s'est exprimé dimanche sur Twitter le ministre flamand des médias Benjamin Dalle (CD&V). Le ministre condamne les faits qui sont "inacceptables" et se montre satisfait des mesures immédiatement prises par la VRT (le service publique flamand). Comme l'a exprimé la porte-parole du ministre, la VRT va décider en interne des suites à donner à cette affaire.Leçons nécessaires Le journaliste a présenté ses excuses. "Dans l'euphorie qui a suivi l'hommage aux médaillés de retour au pays, j'ai fait des déclarations lors d'une conversation privée loin du studio qui outrepassé les limites. Je n'ai jamais eu l'intention d'offenser qui que ce soit en raison de son sexe ou de son orientation. Il est doublement regrettable que ces déclarations arrivent après des Jeux qui ont été très réussis pour la Team Belgium et pour Sporza. Je tiens donc à m'excuser sincèrement auprès des Belgian Cats ainsi que de tous ceux qui se sentent offensés, interpellés ou dénigrés par mes propos. J'ai demandé aux Cats de pouvoir leur envoyer personnellement mes excuses. J'en tirerai les leçons nécessaires et veillerai à ce que cela ne se reproduise plus à l'avenir", a déclaré Eddy Demarez. La direction de la VRT prend cette affaire très au sérieux. "Cela va totalement à l'encontre de la politique positive que la VRT veut poursuivre. La VRT entamera des discussions avec Eddy et en attendant, il ne commentera plus les programmes. De telles déclarations ne peuvent être tolérées."La VRT a décidé de suspendre le journaliste, qui ne sera plus actif au sein de la chaîne pour une durée qui n'a pas été précisée. La mesure a été annoncée par l'administrateur délégué de la VRT Frederik Delaplace dans un courriel interne aux collaborateurs. L'information a ensuite été confirmée par la chaîne. Frederik Delaplace aurait également qualifié de "particulièrement déplorable" le fait que le travail effectué par Sporza (le label des émissions sportives de la VRT, NDLR) durant les Jeux Olympiques ces dernières semaines "soit maintenant remis en question par une série de déclarations inacceptables faites par un membre du personnel".Avec Belga