La cour a estimé qu'il n'était pas prouvé que Jean-Louis Denis avait incité des jeunes à partir faire le djihad en Syrie et a estimé que son rôle s'était cantonné à faire de la propagande djihadiste.

Alors que le parquet fédéral réclamait une peine de 15 ans de prison pour une prévention de participation aux activités d'un groupe terroriste en tant que dirigeant, la cour l'a condamné à une prévention de participation à de telles activités en tant membre seulement. De 10 ans de prison en première instance, la condamnation est passée à 5 ans de prison.

Par ailleurs, la cour a confirmé l'acquittement prononcé en première instance concernant l'épouse de Jean-Louis Denis. La procureure fédérale réclamait une peine de 8 ans de prison à son encontre pour participation aux activités d'un groupe terroriste en tant que dirigeante, mais la cour a suivi la thèse de la défense, Me Virginie Taelman.

La cour a estimé qu'il n'était pas prouvé que Jean-Louis Denis avait incité des jeunes à partir faire le djihad en Syrie et a estimé que son rôle s'était cantonné à faire de la propagande djihadiste. Alors que le parquet fédéral réclamait une peine de 15 ans de prison pour une prévention de participation aux activités d'un groupe terroriste en tant que dirigeant, la cour l'a condamné à une prévention de participation à de telles activités en tant membre seulement. De 10 ans de prison en première instance, la condamnation est passée à 5 ans de prison. Par ailleurs, la cour a confirmé l'acquittement prononcé en première instance concernant l'épouse de Jean-Louis Denis. La procureure fédérale réclamait une peine de 8 ans de prison à son encontre pour participation aux activités d'un groupe terroriste en tant que dirigeante, mais la cour a suivi la thèse de la défense, Me Virginie Taelman.