Leur message me parait clair", a lancé mercredi Robert Vertenueil lors de la présentation du mémorandum du syndicat socialiste en vue des scrutins du 26 mai.

Le président de la FGTB exhorte les partis politiques à tenir compte de la réalité au lendemain des élections, quand ils entameront les négociations pour former une coalition. "Ne pas intégrer le message de la population serait une erreur", prévient-il. Cela contribuerait alors à l'écart croissant entre le monde politique et la perception des citoyens et leurs demandes, analyse Robert Vertenueil.

Pour le patron du syndicat socialiste, il n'est pas normal que deux partis de droite, le MR et la N-VA, se soient alliés en 2014 afin de former l'axe du gouvernement fédéral alors que la majorité de la Wallonie vote à gauche. Il s'interroge sur le fait que le parti libéral, qui s'appuyait alors sur 20% des électeurs francophones, puisse représenter l'ensemble de la Wallonie. "Est-ce le reflet d'une démocratie?", se demande-t-il.

Robert Vertenueil perçoit en tous les cas la vague électorale verte qui s'annonce, selon les derniers sondages. "Groen et Ecolo sont en phase avec l'aspiration de la population sur l'urgence climatique. Mais il n'y a pas de réponses aux questions climatiques sans la dimension sociale qui l'accompagne et inversement", a-t-il lancé à l'attention des partis écologistes. Il espère donc que ceux-ci s'allieront avec des partis ayant de "véritables" ambitions en la matière.